Pour un littoral mieux préservé et restauré

Visuel conférence

 

Alors que l’été aimante vers le littoral une foule férue de tous les plaisirs de la mer, qu’en est-il de la santé du milieu marin côtier ? Évolue-t-elle en eaux troubles ou au contraire dans des eaux plus limpides ? Sentinelle de la surveillance du littoral depuis plus de 30 ans, l’Ifremer apporte des éléments de réponse à cette question en publiant son bilan du milieu marin côtier. Grandes tendances et focus sur les différents types de contamination : découvrez les phénomènes de résilience et les points de vigilance et suivez les grands projets de recherche de l’Ifremer pour un littoral mieux préservé et restauré.

 

“La bande côtière est le lieu de pressions anthropiques fortes et croissantes. Acteur majeur depuis plus de 30 ans de la surveillance des eaux littorales, l'Ifremer fournit des données à même d'éclairer et d'orienter les politiques publiques. Et si l'on peut se réjouir de tendances à la baisse des contaminations d'ordre chimique, bactériologique et de l'eutrophisation, la vigilance est de mise tant la vulnérabilité de la frange littorale est grande. C'est également à partir de ces données que l'institut poursuit des projets de recherche. Parce qu'on ne peut gérer que ce que l'on connaît, les observations scientifiques sont essentielles pour comprendre et anticiper l'état futur des écosystèmes côtiers afin de les protéger”.

François Houllier, Président Directeur-Général de l’Ifremer

Comment se porte la santé du milieu côtier ? L’Ifremer, sentinelle de la surveillance du littoral depuis 30 ans, dresse un état des lieux.

La contamination chimique historique diminue. De nouveaux polluants émergent.

Le nombre d'épisodes de micro-algues et d'eutrophisation décroît. Les efforts se poursuivent. 

Les bactéries d’origine humaine, facteurs de contamination du littoral