Un projet de 4 millions d'euros utilise une technologie de pointe pour améliorer les connaissances sur les habitats fréquentés par des ressources halieutiques d’importance

Un partenariat transmanche utilisera une technologie innovante de suivi acoustique sous-marin pour identifier les conditions environnementales préférées par quelques espèces halieutiques d’importance pour se développer. Le projet FISH INTEL, doté d’un budget de 4 millions d'euros dont 2,8 millions d'euros financés par le Fonds européen de développement régional via le Programme Interreg France (Manche) Angleterre, se concentrera sur une série de sites répartis sur les côtes du sud de l'Angleterre, du nord de la France et de la Belgique.

Grâce au suivi par télémétrie acoustique et à des enregistrements vidéo sous-marins, le projet permettra d'établir un schéma global des déplacements et des habitats préférés par chacune des espèces suivies. Il contribuera également à fournir des données permettant d'évaluer l'impact de la pêche, du changement climatique et d'autres activités humaines – telles que le développement des énergies marines renouvelables et l’aquaculture – en Manche.

Le projet FISH INTEL rassemble des organismes de recherche basés au Royaume-Uni, en France et en Belgique. Ils travailleront en collaboration directe avec les organisations de pêcheurs, les gestionnaires et les représentants professionnels des trois pays.

Sur sept sites, le projet surveillera un certain nombre d’espèces marines, notamment le bar, le lieu jaune, la langouste et le thon rouge, qui revêtent une importance commerciale pour la région. Les données obtenues sur leurs déplacements et sur les habitats occupés seront ensuite partagées avec les acteurs clés du projet et les gestionnaires.

Ces données permettront aux autorités de toute la région de mettre en œuvre des programmes de gestion écosystémique des pêches (EBFM) pour améliorer l'état et la qualité de l'eau dans ces habitats, ainsi que pour assurer la durabilité des activités telles que la pêche, les projets de génie civil visant la mise en place, par exemple, de parc éolien en mer et l’industrie extractive de granulats marins. Il vise également à renforcer la collaboration et la communication entre différents acteurs ayant un intérêt commun dans la région de la Manche.

Dr Emma Sheehan, professeure associée d'écologie marine à l'université de Plymouth, est la responsable scientifique du projet. Elle a auparavant coordonné un certain nombre de projets utilisant des technologies de pointe pour faire progresser les politiques de conservation profitant à la fois à l'industrie de la pêche et à l'environnement : « L'environnement marin est soumis à une exploitation et à des pressions croissantes. Au cours des prochaines années, l'impact de facteurs tels que l'activité humaine et le changement climatique pourrait croître de manière exponentielle. Il s'agit d'un projet passionnant de grande envergure dans lequel tous les partenaires partagent un objectif commun : préserver le mode de vie propre aux milieux côtiers. Mais si nous voulons mettre en œuvre des solutions pour préserver notre littoral et les espèces qui en dépendent, nous devons d'abord comprendre quels sont les habitats à protéger ».

Carolyn Reid, responsable du programme Interreg France (Manche) Angleterre : « La zone de la Manche abrite de nombreuses communautés dépendantes de la pêche et ayant une importance significative pour l’économie et l'emploi locaux. Nous avons été impressionnés par l'ambition de FISH INTEL d'utiliser une technologie innovante et de rassembler un large éventail d'acteurs transfrontaliers, afin d'améliorer la gestion durable des ressources marines. Le projet devrait donc améliorer de manière significative l'état écologique de nos eaux côtières tout en garantissant qu'elles restent commercialement viables. »

Notes aux rédacteurs
Le projet FISH INTEL dispose d'un budget total de 4 millions d'euros, dont 2,8 millions sont financés par le Fonds européen de développement régional via le programme Interreg France (Manche) Angleterre.
Les organisations partenaires impliquées dans le projet sont les suivantes :

Contacts Presse

  • Ifremer : Julie Danet/Arthur de Pas, 06 07 84 37 97 / 06 49 32 13 83 - presse@ifremer.fr
  • Ligue pour la protection des oiseaux : Carine Carbon, attachée de presse, 06 34 12 50 69, carine.carbon@lpo.fr
  • Comité des pêches maritimes et des élevages marins du Finistère : Mathilde Fresnais, chargée  de  communication, 02 98 10 58 09 -fresnais.cdpmem29@gmail.com

À propos de l'université de Plymouth

L'université de Plymouth est réputée pour la qualité de son enseignement, de sa recherche et de son innovation à l'échelle internationale.
Avec pour mission de faire progresser les connaissances et de transformer les vies, Plymouth fait partie du top 50* des universités de recherche avec des groupes de recherche de classe mondiale couvrant de nombreuses disciplines, notamment en science et ingénierie marines, médecine, cybersécurité et psychologie. Elle a été trois fois lauréate du prix Queen's Anniversary Prize for Higher and Further Education (la dernière fois en 2020) pour ses recherches pionnières sur la pollution des océans par les microplastiques et son impact sur l'environnement, et sur le changement de comportement à opérer pour réduire cette pollution.
Elle possède une solide expérience en matière d'excellence de l'enseignement et de l'apprentissage, et compte l'un des plus grands nombres de National Teaching Fellows de toutes les universités britanniques. Avec plus de 19 000 étudiants et 9 500 autres qui étudient pour obtenir un diplôme de Plymouth dans des établissements partenaires au Royaume-Uni ou dans d’autres pays, et plus de 135 000 anciens élèves qui poursuivent leur carrière dans le monde entier, elle est de plus en plus présente à l’international.
http://www.plymouth.ac.uk
*Research Fortnight Research Power League Table 2014.

À propos du programme Interreg FMA

Interreg France (Manche) Angleterre (FMA) est un programme de l’Union européenne mis en place pour favoriser le développement économique du sud du Royaume-Uni et du nord de la France via le financement de projets innovants présentant un intérêt économique et de développement durable.
Il se concentre sur une série d'objectifs spécifiques, notamment le soutien à l'innovation, l'amélioration de l'attractivité de la zone FMA et le développement de technologies à faible émission de carbone.
Pour en savoir plus : https://www.channelmanche.com/fr/