Un mois dans les îles Éparses pour révéler les secrets des récifs et coraux

Localisées dans la partie sud-ouest de l’océan Indien, les îles Éparses sont de véritables sentinelles tant du point de vue environnemental et climatique que biologique, géologique, océanographique, atmosphérique ou encore anthropologique. De tels territoires faiblement anthropisés, voire exempts de présence humaine, offrent une palette rare et précieuse de sujets d’études pluridisciplinaires.

Afin de fixer un cadre logique de recherche qui devra répondre aux attentes de l’État en matière de connaissance, notamment dans le domaine de la biodiversité, les Terres australes et antarctiques françaises, gestionnaire des îles Éparses, ont demandé en 2009 le concours du CNRS.

Cette réflexion a conduit au lancement d’un appel à projets, qui fait suite à un appel à manifestation d’intérêt, fruit d’une réflexion inter-organismes, coordonnée par le CNRS pour le compte d’un consortium de partenaires : Agence des Aires Marines Protégées (AAMP), Fondation pour la recherche sur la Biodiversité (FRB), IRD, Terres australes et antarctiques françaises (Taaf). Sur les 36 projets déposés, 19 ont été retenus, pour un soutien pluriannuel de 2011 à 2013 comprenant la mise à disposition du Marion Dufresne ainsi que des frais de mission et de petit équipement.

Parmi les 10 projets CNRS retenus figure REEFCORES, un projet co-dirigé par Gilbert Camoin, directeur de recherche au CNRS, et par Stéphan Jorry, chercheur à l’Ifremer. À partir de l’étude des récifs coralliens fossiles et des environnements sédimentaires associés, son objectif est d’acquérir de nouvelles données sur les variations du niveau marin et les changements environnementaux et climatiques de la période du Quaternaire terminal à nos jours et d’en comprendre l’impact sur les systèmes coralliens des îles Éparses.

Lire le dossier de presse :

application/pdf REEFCORES