Sciences participatives Hermiona 2 : les micro-algues de l'Atlantique nord arrivées à bon port

Profitant d’une transatlantique à bord d’un voilier entre octobre et novembre derniers, les scientifiques de l’Ifremer de Concarneau viennent de réceptionner les 14 échantillons de phytoplancton récoltés durant la traversée. Ils viennent ainsi compléter la collection de 21 prélèvements de la mission Hermiona de 2015. Permettront-ils de découvrir de nouvelles espèces inédites pour la science et de compléter l’inventaire de la biodiversité de l’Atlantique Nord ?

Dans le sillage de la première mission scientifique Hermiona confiée par l’Ifremer aux élèves du Lycée Maritime de La Rochelle, de nouveaux échantillonnages ont été réalisés dans l’Atlantique Nord, cette fois par un équipage convoyant un voilier de La Rochelle à La Martinique, mis à disposition par la société Star Voyage : une belle opportunité pour les scientifiques.

Un protocole scientifique

Un protocole de prélèvement de phytoplancton et le matériel scientifique adéquat ont été confiés à l’équipage afin de pouvoir réaliser les échantillonnages, parfois dans des conditions de mer peu favorables : pêche de phytoplancton au filet ; remplissage d’un flacon de 250 ml pour observation au microscope ; ajout de lugol pour la fixation ; remplissage d’un tube à essai pour des analyses génétiques ; ajout d’éthanol pour la conservation ; marquage sur le flacon et le tube à essai du numéro de station et de la date de prélèvement ; remplissage du cahier de relevés (position GPS, date/heure, météo, température, salinité, opérateur) ; stockage des échantillons à l’abri de la lumière.

Ceci afin que les échantillons soient exploitables ultérieurement par les scientifiques.

Réalisation d'un prélèvement

A l’arrivée en Martinique, les échantillons ont été remis par Jérôme Baudrier, en charge de la surveillance à l'Ifremer au sein de l’équipe de la DCSMM (Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin), faisant partie de l’équipage, à Jean-Pierre Allenou de la station Ifremer du Robert qui a assuré le conditionnement et l’expédition des échantillons.

La transatlantique a également permis d’embarquer du matériel (microscope et matériel de lecture) destiné au personnel de la station Ifremer de Martinique, dans le cadre d'un projet inter-centres de l'institut.

L’enquête débute

A présent, les échantillons vont être scrutés et analysés par les scientifiques de la station Ifremer de Concarneau qui en attendent beaucoup. Recèlent-ils à nouveau des pépites ? De nouvelles découvertes d’espèces sont espérées afin de pouvoir en extraire l’ADN, ce qui permettrait de compléter l’inventaire de la biodiversité de l’Atlantique Nord. D’ici quelques mois, nous pourrions en savoir un peu plus…