Projet européen MONITOOL : l’Ifremer analyse les métaux adsorbés sur les échantillonneurs passifs

Le projet européen MONITOOL (New tools for monitoring the chemical status in transitional and coastal waters under the WFD) (2017-2020) a pour objectif de déterminer des seuils d'interprétation pour les échantillonneurs passifs DGT (Diffusive Gradient in Thin Film) alternatifs aux normes NQE fixées dans l'eau pour les composés métalliques de la DCE : plomb, cadmium et nickel (voir rubrique "En savoir plus").

Suite aux campagnes d'échantillonnage d’hiver 2018 de MONITOOL, la plupart des partenaires du projet ont envoyé leurs échantillonneurs passifs DGT à l’Ifremer en avril pour analyse. Plus de 150 échantillonneurs DGT ont été traités quelques jours après leur réception au Laboratoire de Biogéochimie des Contaminants métalliques (Ifremer– La Seyne-sur-Mer). Les éluats obtenus, contenant les cations métalliques qui s’étaient fixés sur les échantillonneurs, ont été ensuite analysés par spectrométrie ICP-MS. L’analyse des résultats est en cours.

Les échantillonneurs DGT sont des dispositifs très simples à mettre en œuvre, utilisés pour  extraire et concentrer les cations métalliques directement dans l’environnement marin, et applicable à de nombreux éléments métalliques (Ag, Al, Cd, Co, Cr, Cu, Fe, Mn, Ni, Pb, Zn).

Immergés, ils accumulent de manière irréversible les cations de métaux dissous les plus "labiles" (ions hydratés, complexes minéraux, petits complexes organiques), en fonction de leur concentration dans le milieu et du temps d'immersion.

Les contaminants dissous dans l’eau (cations métalliques) entrent d’abord en contact avec l’enveloppe extérieure de l’échantillonneur, en plastique (filtre protecteur en polycarbonate). Ils migrent ensuite à travers un hydrogel de diffusion et se déposent de manière irréversible sur une résine pour laquelle les cations métalliques ont une très forte affinité (résine Chelex 100).

Après récupération, la résine de chaque DGT est retirée et éluée avec de l'acide nitrique (1M). L'éluat obtenu est analysé par spectrométrie ICP-MS pour déterminer la masse (M) des différents éléments métalliques accumulés dans la résine.

C'est la diffusion, contrôlée par les propriétés physiques du gel, la température et la concentration en métal dans le milieu à échantillonner, qui détermine la cinétique d'accumulation sur la résine.

logo Interreg Atlantic MONITOOL project

logo Interreg Atlantic Area