Appel à candidatures : L'Ifremer lance une seconde Chaire Bleue de recherche !

 

2nde Chaire Bleue : Le continuum mer-terre à Mayotte

Où : Mayotte ou La Réunion, Océan Indien

Quand : Dépôt des candidatures avant le 31 mars 2022

Se préparer et s'adapter aux évolutions de l'océan d'ici 2100

Pour ouvrir de nouveaux champs de recherche et apporter les connaissances et solutions attendues, l’Ifremer crée les « Chaires Bleues » de recherche. Ce nouveau dispositif s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement scientifique exceptionnel de l’institut. Il a pour objectif d’accélérer et amplifier la mise en oeuvre de son plan stratégique à l’horizon 2030 et de contribuer aux objectifs de la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable.

En 2022, une chaire bleue dans l'Océan Indien

La crise sismo-volcanique qui affecte le département de Mayotte depuis bientôt trois ans est un terrain d’étude tout à fait spectaculaire pour travailler le continuum mer-terre et ainsi évaluer les impacts de ce qui se passe dans l’océan sur les socio-écosystèmes côtiers. L’Ifremer, présent dans l’Océan Indien, dispose de compétences, déjà mobilisées, pour observer et comprendre le phénomène sismo-volcanique en cours mais également de compétences permettant de comprendre les effets de perturbations sur différents compartiments des socio-écosystèmes. Les projets ScInObs et MARMOR nous offrent une opportunité sans précédent de déployer un programme spécifique à cette problématique à Mayotte.

  • Le projet MARMOR 1 est étroitement lié aux actions menées en réponse à la crise sismovolcanique de Mayotte qui sont structurées au niveau national avec le REVOSIMA (REseau de surveillance VOlcanologique et SIismologique de Mayotte) pour assurer la surveillance de l’activité volcanique et sismique de la région.
  • Le système d’observatoire sous-marin de Mayotte qui sera développé dans les années à venir dans ScinObs au côté de MARMOR est conçu pour servir de plateforme multidisciplinaire de recherche de pointe et de surveillance à long terme. Il portera aussi bien sur les processus volcaniques et tectoniques actifs et leurs conséquences sur la composition biogéochimique de l’eau de mer, que sur l’apparition de la vie sur un nouveau volcan ou encore sur l’évolution des écosystèmes marins en réponse à des éruptions profondes de grande ampleur et des émissions de gaz associées. Le déploiement de ce système sera associé à la réalisation de campagnes d’exploration de la zone et à la valorisation des données acquises dans le cadre de REVOSIMA pour obtenir une cartographie précise de ce secteur, des processus actifs et des habitats marins associés.

Continuum mer-terre à Mayotte

Au vu des enjeux scientifiques et sociétaux associés à la crise sismo-volcanique de Mayotte et des moyens d’observation mis en place, l’Ifremer souhaite ouvrir une chaire de recherche consacrée au continuum mer-terre, dans l’Océan Indien. Cette chaire sera environnée par des moyens humains (étudiants en thèse, post doctorants et VSC) et un budget de fonctionnement. Elle bénéficiera également d’un accès facilité à la mer par l’intermédiaire des projets de campagne en cours de construction.

Cet appel à candidature cherche à recueillir des projets de recherche associant deux approches complémentaires :

  • Une action de recherche « vue du volcan », visant à apporter des réponses aux problématiques en lien avec la crise sismovolcanique. Les sujets abordés pourraient être : fonctionnement de la dynamique de cet évènement en termes de sismicité et de circulation de fluides, modifications sur les cycles biogéochimiques de la colonne d’eau et dynamique spatiale et temporelle, impacts des émissions de fluides sur les communautés benthiques et pélagiques, étude des moteurs de l’apparition et du développement de la vie sur les substrats volcaniques nouvellement formés, impacts sur la pêche et la faune marine.
  • Une action de recherche « vue de Mayotte » qui abordera les conséquences de la crise sismo-volcanique sur la protection des populations, la préservation des ressources, ou encore la sensibilisation des populations. Ce volet devra intégrer les sciences humaines et sociales dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire.

Les travaux et les résultats de ces deux actions de recherche contribueront à la définition et à la mise en oeuvre d’action de médiation scientifique dans le cadre de cette chaire. Le candidat attendu devra avoir des compétences reconnues au niveau national et international dans son domaine. Il devra montrer sa capacité au travers de son parcours à porter un projet ambitieux tout en le coordonnant à d’autres projets et à l’animer en étant par moment hors du site de développement. Ses travaux précédents doivent exprimer une forme d’acculturation à l’interdisciplinarité et un intérêt pour l’observation et les enjeux de surveillance. Le projet impose aussi au candidat d’avoir une capacité et une envie à articuler deux mondes : celui des sciences de la nature avec celui des sciences humaines et sociales autour des impacts sur une île et sa population d’un phénomène extrême naturel. D'autre part il devra interagir avec les collectivités territoriales et directions de l'État à Mayotte.

Modalités de l’appel à candidatures

Les candidat·es devront avoir une expérience minimale de 4 ans après l’obtention du doctorat. Le · la lauréat·e de la chaire se verra attribuer un financement de 5 ans maximum qui couvrira la rétribution du · de la lauréat·e, d’au moins un·e doctotant·e et un·e post-doctotant·e, les frais de fonctionnement et les éventuels coûts d’investissement.

Sélection des candidat·es

La sélection des candidat·es se fera sur la base d’un dossier qui sera déposé à la direction scientifique de l’Ifremer avant le 31 mars 2022 : marie.casse@ifremer.fr

La proposition de projet devra être soumise dans les délais, au format demandé, et être complète. L’évaluation sera réalisée par des experts internes et externes. L’arbitrage final aura lieu le 01 juillet 2022. Le projet démarrera au plus tard le 01 janvier 2023.

Les critères d’évaluation

La sélection portera sur le profil des candidats et le projet proposé par ces derniers.

Profil des candidats

  • Excellence scientifique du candidat
  • Acculturation du candidat à l’interdisciplinarité
  • Intérêt pour l’observation et les enjeux de surveillance.
  • Capacité à articuler les sciences humaines et sociales

Projet proposé

  • Excellence scientifique du projet de recherche
  • Articulation et complémentarité entre les actions de recherche « Vue du volcan » et « Vue de Mayotte » proposées
  • Impact sur la politique de site
  • Initiative concernant la médiation scientifique

Constitution du dossier

Les dossiers en anglais doivent comprendre impérativement les documents suivants complétés :

  • Projet de candidature - 6 pages maximum (sans les annexes)
  • Curriculum vitae du · de la candidat·e faisant état de sa situation professionnelle et administrative au moment du dépôt du projet,
  • Liste des publications et des travaux significatifs des 5 dernières années,
  • Au minima deux lettres de recommandation.

Le projet de candidature devra contenir :

  • Le défi scientifique relevé et les verrous pour les actions de recherche « Vue du volcan » et « Vue de Mayotte »
  • Les axes d’innovation et axes en lien avec les attentes de la société
  • La méthodologie incluant la proposition d’action de médiation scientifique
  • La description et l'usage des ressources et moyens demandés
  • Les collaborations locales, nationales et internationales

Afin que l’Ifremer puisse anticiper les modalités administratives de mise en oeuvre de la chaire, en les adaptant à la situation du · de la lauréat·e, les candidat·es devront expliciter leur situation administrative individuelle et les conditions et contraintes qui peuvent accompagner leur candidature.

Plus d'informations

Directrice Scientifique de l’Ifremer : anne.renault@ifremer.fr

Directeur du département « Recherches physiques et écosystèmes de fond de mer », jean.marc.daniel@ifremer.fr