Apports de la génomique à la biologie marine et à la connaissance des océans

Joël Quérellou

La découverte de l'existence de microorganismes hyperthermophiles dans les sources thermales et hydrothermales a conduit à réviser les limites de la vie sur Terre. Le fait que les archées hyperthermophiles des sources hydrothermales océaniques profondes soient non seulement capables de résister aux conditions physico-chimiques extrêmes de température, de pression, de composition de fluides réduits, mais d'en faire leur niche écologique favorite implique que des mécanismes moléculaires et cellulaires originaux soient mis en oeuvre. Les fonctions cellulaires doivent être maintenues dans ces conditions. La réplication de l'ADN chez les archées hyperthermophiles a retenu l'attention de plusieurs groupes de recherche dans le monde, à la fois en raison des applications biotechnologiques qui peuvent en découler et pour tenter de comprendre comment est assurée la stabilité des génomes dans les conditions de milieux rencontrées. Par ailleurs, l'analyse comparative des nombreux génomes complets d'archées et d'eucaryotes disponibles a mis en évidence que les organismes appartenant à ces deux domaines possèdent des registres de protéines apparentés et des mécanismes conservés. De ce fait, les archées, du fait de leur simplicité relative, possèdent un intérêt évident pour la résolution de certaines questions posées par la réplication chez les eucaryotes.