L'Homme change la mer, la mer change les poissons

Guy Claireaux

et

José-Luis Zambonino

Les zones estuariennes et côtières forment une étroite bande à l’interface entre les continents et les océans. Du fait de cette position singulière, ces zones sont particulièrement exposées aux effets de la concentration des populations humaines et de leurs activités le long des bassins versants et sur les côtes.

 Au cours des dernières décennies, l’impact croissant de l’homme sur les zones côtières s’est accompagné d’une détérioration progressive de la qualité des milieux, d’une  baisse de l’oxygénation de l’eau et de la contamination des chaînes alimentaires.

 Face à ces bouleversements, les populations de poissons qui exploitent les écosystèmes estuariens et côtiers ne restent pas « nageoires ballantes ». Bien au contraire, ces populations disposent de mécanismes de défense dont la compréhension est indispensable si l’homme veut être en mesure de prévoir l’évolution des stocks halieutiques et préserver une ressource alimentaire majeure.