Présentation

Les zones littorales sont le réceptacle des eaux continentales pouvant être contaminées par des microorganismes entériques d'origine humaine et animale, ce qui peut entraîner des problèmes sanitaires et économiques. En effet, parmi ces microorganismes, des bactéries et des virus, potentiellement pathogènes pour l'homme, ont été impliqués dans des toxi-infections alimentaires collectives suite à la consommation de coquillages contaminés. De plus, ces pollutions peuvent entraîner la fermeture ou le déclassement des zones de baignade ou conchylicoles.

L'objectif général de la Directive Cadre sur l'Eau (2000/60/CE) est d'atteindre d'içi 2015 le bon état écologique et chimique des eaux littorales et continentales sur l'ensemble du territoire européen. Dans ce contexte, les nouvelles directives 2006/7/CE et 852-854/2004/CE, concernant les eaux de baignade et les eaux conchylicoles, durcissent les valeurs seuils des indicateurs microbiologiques E. coli et entérocoques intestinaux et imposent également l'établissement d'un profil de vulnérabilité des zones concernées, au plus tard début 2011. Cela comprend : (i) une description de la zone, (ii) une identification et une étude des sources de pollutions fécales et, (iii) une action sur ces sources pour améliorer la qualité des eaux. Il apparaît donc nécessaire de disposer d'outils permettant de déterminer l'origine des pollutions fécales des eaux de surface.

Ce colloque fait le point sur les méthodes analytiques permettant de discriminer les sources de pollution fécale, présente les outils analytiques disponibles, les développements récents en Europe et au Canada ainsi que les intérêts et limites de ces outils. Il permettra des échanges entre scientifiques mais également avec les gestionnaires de l’eau et les représentants de laboratoires d’analyses des eaux. La journée se déclinera sous forme de communications en français ou en anglais avec traduction simultanée. Une présentation de posters sera également organisée.