Session 3

Débats sur des sujets technologiques choisis

Quelle stratégie/besoin d’exploration grands fonds (>3000m) ?

L’objectif des développements technologiques est de proposer un ensemble cohérent de systèmes, en adéquation avec la flotte océanographique et ouvrant un vaste champ d’applications. Le parc de moyens d’intervention profonde évoluera pour proposer des fonctionnalités et des performances optimisées dans une approche qui s’inscrit dans la recherche d’efficacité de la mise en œuvre et de maitrise des coûts d’exploitation.

Les droits sur les données des campagnes

Toutes les données sont-elles libres d’accès ? Comment concilier un droit d’exclusivité pour les chefs de mission  à des fins de publications scientifiques avec une libre circulation des données et leur réutilisation ? Comment concilier ce droit avec les textes réglementaires –Code minier,  droit des pays tiers, directive Inspire) ? La reconnaissance par la citation des jeux de données (DOI) répond-elle aux chercheurs ?

Les apports de la télé-présence

Les technologies autorisant la téléprésence permettent aujourd’hui d’ouvrir les campagnes scientifiques à un très grand nombre de personnes. En plus de renforcer l’expertise multidisciplinaire en impliquant des chercheurs de tout horizon, ce concept autorise également la participation massive des étudiants scientifiques et une plus grande ouverture vers la société en général. L’efficacité de la campagne s’en retrouve donc améliorée. La coordination de la campagne devenant plus complexe à gérer un nouveau rôle de coordinateur des activités à terre pourra être défini et intégré aux objectifs de campagne. Le débat cherchera à identifier les services de suivi/pilotage de campagnes à partir de la terre qui pourraient être mis en place.

Les systèmes de mesure en route/en continu

En complément des campagnes scientifiques dédiées, le suivi global et continu de l’océan est indispensable pour de nombreuses disciplines, en particulier pour l'océanographie physique. Ce suivi nécessite la mise en place de réseaux d’observation globaux et pérennes. Les satellites constituent une première approche qui doit être complétées par des observations de l’intérieur de l’océan. Le réseau de profileurs Argo constitue un second élément de ces réseaux. Un troisième élément s’appuie sur les mesures effectuées en continu depuis les navires. Ce système est actuellement largement incomplet et l’implantation sur les navires d’une chaîne de capteurs adaptée et exploitée en routine permettrait d’accroitre de manière significative la quantité des données acquises. La discussion portera sur la pertinence d'une telle démarche et, le cas échéant, l'élaboration d'une première définition du besoin tant aux niveaux des équipements que des services de télé-administration qui pourraient être proposés.