Axe 1

L'objectif de cet axe est de répondre aux questions suivantes:

(a) Quelles sont les frayères et les nourriceries de provenance des adultes capturés en Manche Est, et comment les nourriceries côtières alimentent-t-elles le stock

(b) Quels sont les mouvements des adultes (1) intra Manche Est, et (2) avec la Manche Ouest et le sud Mer du Nord ?

Trois techniques sont utilisées dans cet axe:

1. Le marquage

Des campagnes de marquage de sole en Manche Est seront mises en œuvre afin d’estimer les taux d’échange et de
ségrégation entre différentes sous entités potentielles de ce stock, ainsi qu’avec les stocks adjacents, et notamment
celui de mer du Nord.

Le marquage sera réalisé en 2016 et 2017 à l'occasion de campagnes scientifiques existantes, ainsi qu'à bord des bateaux professionnels par des agents IFREMER et Agrocampus Ouest, avec le soutien technique des équipages.
La collecte des données de recapture par les professionnels devra idéalement couvrir la plus grande surface possible
de façon à maximiser l’étendue spatiale des dispersions.

2. Morphométrie des otolithes

La forme des otolithes est déterminée à la fois par des facteurs génétiques (génotype) et l’influence de l’environnement (phénotype). L’analyse de forme des otolithes peut donc permettre de distinguer les stocks, mais aussi, avec un échantillonnage plus fin, d’identifier au sein d’un stock, de potentielles sous-populations, occupant des régions distinctes. Cette méthode consiste à décrire le contour de l’otolithe sous la forme d’une fonction mathématique ; chaque otolithe se distinguant par la valeur des paramètres de cette fonction.

Des otolithes seront prélevés sur des soles fournies par les professionnels lors de 4 trimestres (2e, 3e et 4e de l’année 2016 et 1er de l'année 2017) selon un plan d’échantillonnage spatial préalablement défini (entre 50 et 100 adultes par site de prélèvement).

Ces prélèvements auront lieu aux laboratoires Ifremer de Port en Bessin et de Boulogne sur mer et seront complétés par
des mesures biologiques complémentaires (portant notamment sur la maturité sexuelle).

En 2017, les otolithes collectés feront l’objet d’une analyse numérique qui permettra d'expliquer et prédire l’appartenance à des groupes prédéfinis (zones géographiques) d’un ensemble d’observations (individus) à partir d’une série de variables prédictives (coefficients de Fourier). La qualité de la discrimination et le taux de reclassement des individus dans les groupes prédéfinis permettront de distinguer ou non différentes populations.

3. Microchimie des otolithes

La  signature  chimique  des  otolithes  sera  utilisée  comme  support  d’information  pour  caractériser  la  structuration spatiale  et  le  réseau  de  connectivité  de  la  sole  entre  ses  différents  stades  de  vie  sur  la  Manche-Est. Le principe méthodologique repose sur le transfert des éléments traces de l’environnement dans la matrice protéo-calcique de l’otolithe de manière chronologique et pérenne. Le procédé se décompose en deux temps :

1- construire un référentiel géolocalisé des signatures chimiques des habitats essentiels (signatures des frayères et des nourriceries référencées),

2- rechercher dans les otolithes des individus collectés aux stades d’intérêt (juvéniles, adultes) des correspondances de signature avec ce référentiel.

Des  otolithes  seront  prélevés  sur  des  soles  adultes (en  2016  et  2017),  sur  des  juvéniles  prélevés  au  cours  des
campagnes d’études du recrutement (axe 2), et sur des larves collectées au cours de la campagne d’évaluation des  abondances  larvaires (axe 2).  Le  « référentiel  frayères»  sera formé sur une année de collecte. Chacune des 3 zones de frai sera échantillonnée à 2 moments de la saison de ponte (3 échantillons d’eau  et 10 à chaque fois). Le « référentiel nourriceries » sera  constitué sur 2 années de  collecte à partir de juvéniles de l’année et de l’année précédente (10 juvéniles, 3 d’échantillons d’eau sur 3 sites de chacune des 5  nourriceries  ciblées  sur  les  2  ans).  La  composition  chimique  en  éléments  majeurs,  mineurs  et  traces  des échantillons d’eau et des otolithes sera ensuite analysée par ICP-MS (inductively coupled plasma mass spectrometer) et Laser-ICP-MS respectivement.

La frayère de provenance des juvéniles et des adultes  collectés  sera alors recherchée  en comparant les  signatures chimiques déposées dans leurs otolithes pendant la phase larvaire, au référentiel frayères. Sur le même principe, la nourricerie de provenance des adultes  sera recherchée  en comparant la  signature déposée dans  leurs otolithes  pendant la phase juvénile au réferentiel nourricerie.