Le portail du SINP Mer : la maîtrise d'oeuvre technique

L’organisation du projet a été mise en place en concertation avec le MEEDDM, le Muséum National d’Histoire Naturelle et l’Agence des Aires Marines Protégées. L’Ifremer assure la maîtrise d’œuvre technique du système d’information du SINP Mer.
L’action concernant la réalisation technique du SINP Mer se divise en plusieurs tâches qui ce sont concrétisées en 2009 par la production d’un cahier des charges et d’un dossier de spécifications générales, la rédaction d’un document d’architecture technique et la réalisation d’une maquette.

Recensement et études des besoins : 3 documents de synthèse

A ce jour, 18 interviews ont été tenues auprès des différents acteurs du SINP : le Muséum National d'Histoire Naturelle, les Universités, le BRGM et l'Ifremer. Ces interviews ont permis la rédaction d’un cahier des charges  des exigences fonctionnelles (document réf : RST/DYNECO/VIGIES 09-11/EF-AH).

Ce cahier des charges comprend la description de l’existant, un premier périmètre des typologies de données à intégrer et une première liste des fonctionnalités attendues du système: il permet donc de décrire les besoins auxquels devra répondre le futur système et d'e proposer un premier périmètre de données à intégrer ainsi qu’un phasage de réalisation.

Le cahier des charges a permis de dégager les grands éléments fonctionnels suivants:

  • Le système mer devra former un tout cohérent avec le SINP global et s’interfacer avec les grands systèmes internationaux sur la biodiversité ;
  • Le système respectera les normes reconnues dans le domaine de l’information géographique et des bases de données (OGC, ISO, …) ;
  • L’aspect cartographique s’avère fondamental en entrée par la lecture de données spatiales et en sortie par l’édition de cartes ;
  • L’accès aux données se déclinera suivant un processus de découverte par les métadonnées, permettant ensuite l’accès aux données brutes. Dans un troisième temps, des produits « finalisés et mis en forme » doivent pouvoir être mis à disposition sur des thématiques ciblées ;
  • L’automatisation de l’import et de la mise à disposition des données permettra une saisie unique des données ;
  • Le respect des producteurs et des droits se fera grâce à des profils de consultation adaptés et des métadonnées systématiquement associées à toute diffusion de données ;
  • La mise à disposition des données de biodiversité différera selon le public visé, les processus de diffusion (données brutes et produits élaborés) et selon la qualité de la donnée.

Ce cahier des charges est associé à d'autres documents :

  • le document de spécifications générales qui a été rédigé à partir du contenu de la version 1 du cahier des charges ;
  • une analyse de prototypes techniques afin de comparer deux solutions techniques entre elles. Cette action doit permettre de s’assurer de la validité technique de la future architecture et d’orienter les choix ;
  • le document d’architecture technique qui permet la pré-visualisation de la future architecture du SINP.

Ces documents serviront de socle aux développements prévus en 2010. En attendant la mise en production du portail du SINP Mer, la bancarisation, la migration des données et la mise à disposition ont commencé.

 

Perspective 2010 : Etape 1 du système d’information

L’ensemble des documents techniques permettra de passer un premier appel d’offre de réalisation, avec les objectifs de phasage suivant pour 2010:

  • la mise en place d’un portail « biodiversité marine » précurseur d’un SINP global ;
  • une réalisation et une mise en production de l’accès aux métadonnées mer sur l’année 2010 ;
  • une première interface pour l’accès aux données dites « brutes » entre le portail et quelques bases de données de référence.

L’intégration de données de biodiversité sera poursuivie et complétée au niveau du portail pour les métadonnées.