Le Champ thématique du SINP Mer

Le champ thématique d’application du SINP est défini dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité, elle-même inspirée de la Convention internationale pour la Diversité Biologique. Le SINP a pour vocation de renseigner sur toutes les composantes du vivant, à savoir la diversité génétique, la diversité des espèces, la diversité des écosystèmes et leur représentation tridimensionnelle (paysages). Cela signifie notamment que les composantes biotiques et abiotiques des écosystèmes sont concernées. Ainsi, les données de biotope telles que bathymétrie, températures, substrat, courant, font partie intégrante du champ thématique du SINP. Le protocole SINP précise que le champ thématique du SINP couvre également les données traduisant la réglementation ou des objectifs de gestion. Le périmètre englobe à la fois les données élémentaires, les données de synthèse et les données d’interprétation, produites sur fonds publics ou privés, dans le respect des principes de déontologie et de propriété intellectuelle.

Concernant spécifiquement le SINP Mer, ce champ se restreint aux mêmes données mais relatives au seul domaine marin défini ci-dessous. Les dispositifs de collecte de données et les données associées enregistrés dans le SINP Mer porteront donc sur toutes les espèces totalement marines, mais également sur les espèces amphihalines, les écotones tels que les mangroves et arrières-mangroves, les peuplements de plages et de laisses de mer, les oiseaux ou certains chiroptères passant tout ou partie de leur cycle en mer ou dépendant, pour leur ressource alimentaire principale, de la mer. La continuité territoriale et écologique devra être assurée afin de veiller à ne pas laisser de données orphelines.

Le paysage y sera abordé selon les deux acceptions courantes, à savoir la perception esthétique et subjective vue au travers du prisme humain d’une part, et la représentation objective de l’arrangement des éléments biotiques et abiotiques dans un système écologique original d’autre part.

Enfin, le SINP ayant vocation à suivre également le patrimoine génétique, celui-ci pourra être amené à gérer l’information relative aux espèces domestiquées, notamment dans le cadre de suivis conchylicoles ou piscicoles. Ce champ dédié aux espèces domestiques reste toutefois marginal au regard des enjeux sur les espèces naturelles.