Accompagnement et dynamisation de la production et de l’entretien de référentiels: mise en place de groupes de travail thématiques

Travail de Laurent sur les protocoles d’acquisition de donnes sur les biocénoses benthiques (quadrage national marché N2000)
Atelier thématique « suivi de poissons côtiers » : CRESCO (Dinard), les 2 et 3 mars 2010

Depuis quelques années, de nombreux suivis de la biodiversité et des habitats marins ont été mis en place dans le cadre des différentes conventions internationales ratifiées par la France (DCE, DCSMM, CBD, OSPAR..).

Actuellement, il existe des réseaux d’observation permettant de suivre un certain nombre de paramètres biotiques et abiotiques de la qualité de l’eau, des habitats et de la biodiversité dans les milieux marins côtiers. Par exemple, nous disposons de suivis faisant appel à des protocoles d’échantillonnage standardisés au niveau national :

  • de la qualité de l’eau (SOMLIT, REPHY, REMI, …) ;
  • de la qualité des communautés de macrofaune benthique (DCE Benthos côtier & estuarien, REBENT) ;
  • des poissons des masses d’eau de transition (Estuaires et Lagunes) animé par le CEMAGREF de Bordeaux dans le cadre de la DCE ;
  • des suivis des pêches commerciales et de leurs captures accessoires sous l’égide de l’IFREMER, qui a mis en place le Système d’Information Halieutique.

Il existe également des initiatives de recherche caractérisant les poissons côtiers, parfois fédérées en programmes internationaux (i.e. CHARM). Mais tous ces travaux sont ponctuels dans l’espace (au mieux à l’échelle des mers régionales) et/ou dans le temps et font appel à des méthodologies d’investigation et des rendus variables.

Aussi, il n’existe à ce jour aucune initiative concernant la mise en place d’un réseau national de suivi des peuplements de poissons côtiers. Ceci représente à l’évidence un frein majeur en terme de connaissances des populations, de l’identification d’habitats écologiques essentiels et des fonctions écologiques qu’ils jouent pour les poissons. Cette approche est également indispensable pour mesurer les effets des changements globaux sur ces populations. En outre, elle permettrait de fournir les éléments nécessaires à la mise en œuvre de la directive cadre « stratégie sur les milieux marins ».

Afin de combler ce vide de connaissances et d’étudier les masses d’eaux ciblées par les directives européennes sur le milieu marin, la volonté d’initier une dynamique nationale d’observation des communautés de poissons côtiers se fait ressentir.

Un premier atelier thématique a eu lieu sur deux jours les 2 et 3 mars 2010 au CRESCO-MNHN à Dinard. Le premier jour était axé sur la présentation des méthodologies et objectifs des différents suivis existants en France. La deuxième journée était consacrée à discuter des possibilités de mise en place du réseau de suivi, d’un point de vue méthodologique et dans la perspective de l’élaboration d’indicateurs de biodiversité des poissons et de fonctions écologiques des habitats. Il visait à :

  • avoir une vue d’ensemble des programmes de recherche actuels, en cours ou projetés sur la structure et le fonctionnement des communautés de poissons côtiers ;
  • présenter et discuter des méthodologies utilisées ;
  • discuter de l’opportunité d’initier un programme de recherche et de développement devant déboucher sur la mise en place d’un réseau national de suivi des poissons côtiers de France métropolitaine.

Suite à cette première rencontre, la communauté d’experts en ichtyofaune se penche sur l’art et la manière pour comprendre le fonctionnement des communautés écologiques, ainsi que la mise en œuvre de bases méthodologiques, tout en gardant l’approche fonctionnelle en ligne de mire. Un premier texte martyr des enjeux de constitution d’un tel réseau sera rédigé par Eric Feunteun, directeur du CRESCO-MNHN.

En parallèle à cette démarche, les stations marines du Muséum National d'Histoire Naturelle (Dinard et Concarneau) sont en train de développer un protocole d'inventaire et de suivi des poissons côtiers. Ce protocole devrait être au point en juin 2010. Il s'agira alors de commencer de manière effective cet inventaire sur un site qui le nécessite, les roches de Penmarc'h (site Natura 2000).

Cet atelier et les réflexions qui en découlent contribuent aux missions de l’Observatoire National de la Biodiversité et se penchent sur la question des données utilisables et pertinentes selon la thématique.

Les principaux référentiels taxonomiques utiles au milieu marin ont été identifiés (ERMS, WORMS, TAXREF). La tâche principale reste d’harmoniser et synchroniser la mise à jour du référentiel officiellement recommandé. Cependant, l’adaptation et la mise à jour de ces référentiels sur plusieurs secteurs outre-mer reste à faire, en lien avec les experts locaux.