Présentation

Le Laboratoire de Génétique et Pathologie des Mollusques Marins -LGPMM est une unité opérationnelle. Avec 38 agents statutaires et implanté à La Tremblade en Charente Maritime il est aujourd’hui une des composantes de l'Unité Santé, Génétique et Microbiologie des Mollusques du Département Ressources Biologiques et Environnement de l'Ifremer.

Le LGPMM est un laboratoire thématique de l’Ifremer. Il est le lieu de réalisation de travaux de recherche, de surveillance et d’expertise dans le cadre des Programmes et Projets mis en œuvre par l’Ifremer.

Les objectifs spécifiques du LGPMM sont centrés sur la valorisation des compétences et l'acquisition de connaissances dans les domaines de l'amélioration génétique, du contrôle des performances et de la santé des espèces aquatiques marines avec une spécificité marquée pour les mollusques marins.

Par les compétences qu'il intègre en génétique, pathologie et écophysiologie, le laboratoire joue un rôle dans le maintien et le développement de la filière conchylicole. Il aide d'une part au développement et au soutien d'activités de production et d'autre part, il participe à la définition d'outils permettant d'évaluer les effets de ces activités de production sur l'environnement et mesurer leur acceptabilité.

Le LGPMM contribue donc à :

  • l'amélioration des coquillages par la polyploïdie et par la sélection et le testage des souches obtenues ;
  • l'étude des organismes pathogènes infectant les coquillages et à leur surveillance ;
  • l’analyse et la gestion des risques biologiques et écologiques liés aux stratégies aquacoles, l’étude des interactions entre espèces en élevage et environnement ;
  • la décontamination et la purification des coquillages par le biais de la connaissance de leur physiologie.

Le LGPMM est ainsi un lieu d’intégration entre recherche et surveillance. En effet, il développe depuis plus de 20 ans des travaux de recherche dans le domaine de la génétique et de la pathologie chez les mollusques marins d’intérêt commercial. Il est impliqué dans l’acquisition de connaissances concernant  l’amélioration génétique , le contrôle des performances et la santé des espèces d'intérêt en aquaculture marine.

Ces travaux sont aujourd’hui reconnus au plan international et ont permis des avancées certaines dans le domaine de la conchyliculture (huîtres triploïdes, développement d’outils de diagnostic, détection de nouveaux agents infectieux …).

Le laboratoire a été et est aujourd'hui aussi très fortement impliqué dans la surveillance de la ressource et assure en particulier pour le compte du Ministère de l'Agriculture, la surveillance des coquillages en terme de santé animale. Il opère également la surveillance des sites nationaux de captage d'huîtres en terme de ploïdie. Ainsi, en plus d'un positionnement régional, il a clairement une dimension nationale et internationale.

Cette double implication en recherche et en surveillance est un atout majeur pour le laboratoire et pour l’Institut. Un dialogue incessant et un échange permanent ont lieu au sein du LGP entre les acteurs de la surveillance et ceux de la recherche. Ils représentent une vraie force de proposition en terme de recherche, cette dernière se nourrissant des données recueillies par le biais des réseaux assurant la surveillance (REPAMO et Réseau Biovigilance).

La surveillance quant à elle profite en toute première intention des avancées émanant de la recherche. Cette complémentarité, dans le domaine de la conchyliculture, est une originalité reconnue au niveau international. Elle participe grandement au rayonnement du laboratoire et en fait un lieu très attractif pour la communauté scientifique (plus de 20 chercheurs et doctorants étrangers accueillis chaque année).
 

Dans ce contexte, le Laboratoire de Génétique et Pathologie sur l'implantation de La Tremblade assure différentes fonctions.

Il est :

Le LGPMM héberge également sur l'implantation de La Tremblade, la coordination du réseau REPAMO (Réseau Pathologie des Mollusques) et par le biais de sa Cellule Analytique accréditée, il réalise les analyses officielles en terme de santé animale pour le compte de l’autorité compétente, la Direction Générale de l'Alimentation (DGAl).

La Cellule Analytique du LGPMM est une entité physique (salles de laboratoire, matériel et équipements, …), alors que l'EURL, le laboratoire de référence OIE et le LNR correspondent à des fonctions.

La Cellule Analytique peut ainsi réaliser des analyses aussi bien pour le compte de l' EURL, du laboratoire de référence OIE, du LNR et du REPAMO ou bien même pour des professionnels ou enfin pour des projets de recherche.