Le projet RECOPESCA

Recopesca : Réseau de mesure de l’activité de pêche spatialisé (effort et captures) et de données environnementales à usage scientifique.

Pourquoi ce projet ?

Améliorer les connaissances sur l’effort de pêche et les captures, et ainsi l’évaluation des ressources exploitées, et acquérir de nouvelles données environnementales physiques, telles que la température et la salinité, sont les objectifs de ce projet. Recopesca mise sur une participation directe des pêcheurs en donnant au navire volontaire une fonction d’observateurs scientifiques.

Le projet est parti du constat d’un manque de données :

  • pour estimer la distribution spatiale de l’effort de pêche et des captures

L’évaluation de l’effort de pêche et sa distribution spatiale sont des données fondamentales pour évaluer l’état des ressources exploitées et porter un diagnostic sur les pêcheries. Les informations actuellement disponibles proviennent essentiellement des déclarations des pêcheurs (journaux de bord, fiches de pêche), effectuées à l’échelle du rectangle statistique (30’ de latitude, 1° de longitude). Cette échelle est très largement insuffisante pour de nombreux projets de recherche et une analyse fine du « système pêche ».

  • pour la caractérisation environnementale des zones de travail des pêcheurs

Les conditions environnementales locales et leur variabilité sur les zones exploitées par les pêcheries sont très peu échantillonnée par les scientifiques, souvent en raison des configurations particulières où ces activités s’exercent : faible profondeur, courants (de marée notamment) importants, activités variées rendant vulnérables les dispositifs de mesure. Ainsi, même pour des paramètres de base comme la température et la salinité, l’essentiel des mesures disponibles aujourd’hui se résume aux quelques campagnes océanographiques.

Des navires de pêche volontaires au service de la recherche océanographique et halieutique

Sur la base de ce manque de données quantitatives fines, le projet Recopesca se propose d’instrumenter, à des fins exclusivement scientifiques, un panel de navires volontaires représentatif de l’ensemble des flottilles. Il ne s’agit en aucun cas de contrôler, mais bien de collecter l’information permettant d’améliorer l’évaluation de l’état des ressources et les diagnostics sur les pêcheries, et de mesurer les paramètres environnementaux nécessaires à la mise en place progressive d’une approche écosystémique de la gestion de la pêche.

Le principe consiste à installer, sur les engins et à bord de navires, des capteurs de faible contrainte pour les pêcheurs afin de mesurer les paramètres environnementaux au fond et dans la colonne d’eau et enregistrer des données sur l’activité et effort de pêche.

Le système de base de Recopesca est totalement autonome, y compris pour la transmission des données, et peut quasiment être mis en œuvre sur tout type de navires de pêche. Il alimente les systèmes d’information océanographiques et halieutiques de l’Ifremer et permet d’acquérir des données jusqu’à présent non accessibles, par exemple sur le plateau continental.

Le projet Recopesca est soutenu et cofinancé par Prévimer. Pluridisciplinaire, associant halieutes, physiciens, ingénieurs de l’instrumentation, informaticiens et pêcheurs professionnels, Recopesca est une réalisation concrète d’approche participative.