Coordination ROCCH

 ROCCH - Réseau d'Observation de la Contamination CHimique (Responsable : A. GROUHEL)

 Le Réseau National d'Observation de la qualité du milieu marin (RNO) a été mis en place en 1974 par le Ministère chargé de l'Environnement. Son objectif est d'évaluer la contamination chimique du milieu marin littoral. L'ensemble des activités du RNO est coordonné par l'Ifremer pour le compte du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable. Les données du RNO permettent également à la France de répondre à ses engagements dans les conventions internationales (OSPAR, Convention de Barcelone) auxquelles elles sont transmises systématiquement.

La surveillance RNO couvre tout le littoral métropolitain ainsi que la Martinique, la Guadeloupe et La Réunion. La surveillance des paramètres généraux de qualité du milieu et des apports en sels nutritifs est effectuée dans l'eau. Les paramètres de base sont la température, la salinité, les nutriments (nitrate, nitrite, ammonium, phosphate), la chlorophylle a et les phéopigments. Les prélèvements et les analyses sont opérés par des partenaires extérieurs à l'Ifremer. La surveillance des contaminants chimiques porte en priorité sur les organismes marins. Les mollusques bivalves, moules et huîtres, sont utilisés comme indicateurs quantitatifs de contamination. Ce volet du RNO constitue, depuis 1979, le principal outil de connaissance systématique des niveaux de contamination du littoral français. Environ 90 points de prélèvements (dont 9 dans les DOM) sont échantillonnés par les agents des laboratoires côtiers de l'Ifremer deux fois par an. Le dosage des métaux (Ag, Cd, Cr, Cu, Hg, Ni, Pb, V, Zn), des organochlorés (PCB, DDT, lindane) et des HAP (16 hydrocarbures aromatiques polycycliques et certains de leurs dérivés alkylés et soufrés) sont effectués au département BE du centre Ifremer de Nantes. Une partie aliquote des échantillons est systématiquement conservée pour d'éventuels contrôles a posteriori ou pour la recherche ultérieure d'autres contaminants. Ceci a permis de constituer une banque d'échantillons couvrant l'ensemble du littoral depuis 1981. Pour une évaluation à plus long terme, les contaminants sont aussi mesurés dans les sédiments dont le premier centimètre superficiel peut intégrer plusieurs années de contamination. Une campagne annuelle portant sur des façades différentes chaque année permet de couvrir en huit à dix ans l'ensemble du littoral français métropolitain. Depuis 2003, le RNO pratique également un suivi des effets biologiques du Tributylétain (TBT) sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique. Ces effets sont évalués par la mesure de l'imposex (masculinisation des femelles d'un gastéropode, Nucella lapillus).

Le RNO édite tous les ans un bulletin présentant les résultats d'un ou plusieurs volets du réseau. Ces bulletins, ainsi que certaines données sont disponibles sur le  site environnement  de l'Ifremer.

Depuis 2008, le Réseau d'Observation de la Contamination CHimique du littoral (ROCCH) a pris la suite du RNO (Réseau National d'Observation de la qualité du milieu marin) qui existait depuis 1974.  ROCCH ne traitera plus que des contaminants chimiques pour contribuer à la mise en oeuvre de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE).

 

 

 

 

Exemple de série temporelle acquise par le RNO et disponible sur le site :

 

http://www.ifremer.fr/envlit/surveillance/index.htm#

 

à la rubrique "données" – "résultats par paramètre".