Aires marines protégées

« Développer et faciliter (…) la création de zones marines protégées qui soient conformes au droit international et sur la base d’informations scientifiques, y compris des réseaux représentatifs d’ici à 2012… » constituait un des engagements (32.c) pris par les nations lors du sommet de Johannesburg en 2002.

Une Aire Marine Protégée (AMP) est un espace délimité en fonction de l’intérêt du patrimoine naturel, de l’importance des fonctions écologiques et de la nature des usages. Son objectif est la protection du milieu, la plupart du temps associé à un objectif d’utilisation durable. Pour l' atteindre des mesures de gestion sont mises en œuvre : suivi scientifique, programme d’actions, chartes de bonne conduite, protection du domaine public maritime, réglementations, surveillance, information du public.

 

 

 

Le domaine maritime de la France arrive au deuxième rang mondial en termes de superficie après les États-Unis d’Amérique avec plus de 10 millions de km² d’eaux sous souveraineté et sous juridiction dont 7 en outre mer. En avril 2015, les aires marines protégées françaises couvraient ainsi 16,5 % des eaux françaises. 

Les différentes catégories d’Aires marines protégées

  • les parcs nationaux (comme celui de Port Cros)
  • les réserves naturelles (comme celles de Cerbère-Banyuls, baie de Somme, Moëze-Oléron, baie de Saint-Brieuc, …)
  • les paries marines des arrêtés de protection de biotope
  • les parties maritimes du domaine du Conservatoire du littoral
  • les sites Natura 2000 en mer comme le site de l’Archipel de Molène et de l’île d’Ouessant ou celui de Chausey. Ils sont créés pour maintenir un bon état de conservation des habitats et espèces marins. Ils viennent en application de la directive sur les habitats et la directive sur les oiseaux, édictées par la Commission Européenne.
  • les parcs naturels marins comme le parc naturel marin de la mer d’Iroise. Le plan d’action pour la mer de la stratégie nationale pour la biodiversité a conduit à créer le statut de Parc Naturel Marin pour disposer d’un outil qui permette une approche intégrée des objectifs de protection de la nature et de développement durable des activités humaines.

 

Un Réseau National d’Aires marines protégées

Les politiques publiques se sont souvent heurtées à des difficultés de gestion face à la concurrence qui, en terme d’occupation de l’espace ou d’exploitation des ressources, est forte entre les différents usages (extractions, EMR, pêche, conchyliculture, nautisme, tourisme). Suite à la signature de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB), la France s’est dotée d’un plan d’action pour la mer de la stratégie nationale pour la biodiversité qui, pour assurer une certaine cohérence, a opté pour une gestion intégrée et la mise en place d’un réseau français d’Aires Marines Protégées. Ce dispositif est en parfaite adéquation avec la convention d’OSPAR et la convention de Barcelone et répond à l’objectif de réseau global fixé au Sommet Mondial de Johannesburg et de Nagoya.

Afin d’animer le réseau national d’Aires Marines Protégées et de développer les Parcs Naturels Marins, il a été décidé de créer une Agence des Aires Marines Protégées en avril 2006.

 

 En savoir plus : 

Les indicateurs de performances des aires marines protégées

L'agence des aires marines protégées

La convention d'Ospar

application/pdf Note de Philippe Gros sur les AMP (2007)

 

Vidéos :

Conférence de Dominique Pelletier sur les Aires Marines Protégées