Les avis du CIEM

 

Avis pour les pêcheries mono-spécifiques

Jusqu’en 2010, les recommandations visaient à maintenir ou rétablir les stocks dans les limites de sécurité.
Depuis 2012, les avis rendus par le CIEM suivent :

  • les plans de gestion mais ceux-ci n'existent que pour quelques stocks,
  • le MSY/RMD lorsque cela est possible, dès 2012, ou en suivant une réduction progressive de la mortalité par pêche pour atteindre le RMD en 2015 ,
  • en l’absence d’estimation de la mortalité par pêche, l’avis est rendu en fonction de l’approche de précaution, avec l’objectif de maintenir ou rétablir dès 2012 la biomasse de reproducteurs au niveau de la biomasse de précaution avec une mortalité par pêche inférieure ou égale à la mortalité de précaution.
  • pour les stocks pour lesquels il n'existe aucune évaluation quantitative ou pour lesquels les seuils de référence ne sont pas définis, l'avis est basé sur l'approche dite ‘Data limited stocks’ (DLS)

 

En fait, le CIEM dispose de deux types d'évaluation :

  • Les évaluations quantitatives dites ‘Data rich’ : Dans ce cas les avis suivent l'approche MSY ou la transition vers MSY en 2015
  • les évaluations dites ‘Data limited stocks’ ou 'data poor' : Avec ce type de données on ne peut pas émettre d'avis quantitatifs. Le CIEM utilise alors les variations d’abondance montrées par l’évolution des indices issues de campagnes scientifiques ou, à défaut, de LPUE/CPUE, voire de la taille moyenne dans les captures, ou encore à partir des résultats de modèles considérés non utilisables pour effectuer des prévisions de captures mais utiles ‘en tendance’.
Avis pour les pêcheries mixtes ou pluri-spécifiques

Le CIEM développe, depuis plusieurs années, une méthodologie permettant d’appréhender la pluri-spécificité des pêcheries. Centrée au départ sur la mer du Nord, cette approche est maintenant testée pour d’autres régions.

A partir des diagnostics et des avis mono-spécifiques, et en posant un certain nombre d’hypothèses sur le maintien des profils de captures, des capturabilités et de la répartition des efforts des différentes flottilles observés dans le passé, divers scénarios sont testés :

  • scénario 1 : on suppose que les pêcheurs continuent de pêcher tant que le dernier quota n’est pas atteint
  • scénario 2 : on suppose que les pêcheurs s’arrêtent dès que le premier quota est atteint
  • scénario 3 : on suppose que les pêcheurs vont allouer leur effort afin de capturer leur quota de cabillaud sans prendre en compte l’évolution des autres stocks et qu’ils s’arrêtent de pêcher quand le quota de cabillaud est atteint
  • scénario 4 : on suppose que l’effort déployé par les métiers utilisant des engins régulés par plan de gestion est conforme à ces règlements.
  • scénario 5 : on considère que l’effort de pêche de chaque flottille est constant et égal à la moyenne des années antérieures.

Plus d'informations sur :

Processus d'élaboration des recommandations

Les recommandations du CIEM (en anglais)