Pelgas : observations hydrologiques

6 à 7 scientifiques se relaient nuit et jour au laboratoire d'hydrologie pour prélever des oeufs de poissons, de l'eau de mer et du plancton. Les prélèvements permettront de faire des observations hydrologiques et d'étudier le fonctionnement de l'écosystème pélagique dans son ensemble et à chaque niveau trophique afin de connaître les interactions des espèces pélagiques, et plus particulièrement de l'anchois, avec leur environnement.

 

Prélèvement des oeufs de poissons pélagiques pour l'étude de leur distribution

Commentaire de la vidéo (2mn10) : le CUFES (Continuous Underwater Fish Eggs Survey) est un système de pompage en continu des oeufs de poisson. Pompés à 5 mètres de profondeur, les oeufs de poissons sont récupérés tous les 3 miles dans des flacons, triés sous microscope en trois catégories : oeufs de sardines, oeufs d'anchois, oeufs d'autres espèces, et comptabilisés.

Prélèvement d'eau de mer pour analyse de la chlorophyle et des sels nutritifs

Commentaire de la vidéo (1mn25) : la bathysonde ou rosette permet de prélever de l'eau de mer à différentes profondeurs : en surface, au milieu de la colonne d'eau et au fond. Ces prélèvements ont lieu en général la nuit tous les 10 miles. Des prélèvements de jour ont été effectués dans le cadre d'Eclair, un projet visant à étudier l'écosystème pélagique.

Commentaire de la vidéo (1mn25) : après une plongée de plusieurs minutes, le temps de descendre le long de la colonne d'eau, la rosette munie de ses bouteilles à prélevement est virée sur le pont en face du laboratoire d'hydrologie. L'eau de mer prélevée à différentes profondeurs est récupérée dans des jerricans. Elle est ensuite filtrée et conditionnée dans des flacons qui sont conservés au froid en attendant l'analyse des sels nutritifs, azote, phosphore, silicium et sodium, dans les laboratoires de l'Ifremer à terre.
 

 
 

Commentaire de la vidéo (48 secondes) : l'eau de mer prélevée est récupérée dans un jerrican et passée au travers de trois filtres de tailles différente. Les filtres sont conservés dans de petits tubes à essai qui sont placés dans du papier d'aluminium avant d'être mis au réfrigérateur. A terre, ils seront utilisés pour l'analyse de la chlorophyle qui permettra de connaître la biomasse phytoplanctonique. De nouveaux filtres sont placés sur leur support pour la prochaine opération.

 
 

Prélèvement de plancton et autres particules pour l'analyse de la turbidité

Commentaire de la vidéo (2mn02) : le filet à plancton WP2 triple d'un maillage de 200 microns est viré. Avec ses trois collecteurs, il permet de récupérer de l'eau de mer à des profondeurs bien déterminées. L'eau des collecteurs est tamisée puis filtrée. Les filtres plus ou moins fins permettent de retenir des particules de différentes tailles et différentes espèces de plancton. Les filtres sont conditionnés dans des boites transparentes qui seront gardées au froid avant l'analyse de la turbidité, dans les laboratoires de l'Ifremer à terre.

 

En savoir plus sur :

Les prospections acoustiques

Les observations des oiseaux et mammifères marins

Les chalutages et collectes de paramètres biologiques

 

NB : Pour revisionner les vidéos, il faut réactualiser la page