PHYCOVER (2014-2018)

Le projet PHYCOVER est financé par l’Agence Nationale de la Recherche. Il est labellisé par les pôles Mer Bretagne Atlantique et Mer Méditerranée, et par le pôle Trimatec.

Réacteurs Le projet PHYCOVER (ANR-14-CE04-0011) propose d’établir les bases scientifiques, techniques et industrielles d'une évolution de la filière d’épuration des effluents, issus des activités anthropiques et des effluents urbains en particulier. Ce projet, initié en fin d’année 2014, consiste à développer et étudier un procédé modulaire intégré de traitement des effluents d'origine urbaine et de production de biogaz, tout en valorisant la matière résiduelle des digestats de méthanisation.
Dans le cadre de précédents projets ANR (SHAMASH, SYMBIOSE), les analyses du cycle de vie des systèmes de production des microalgues ont pointé l’impact économique et environnemental des engrais azotés pour la production industrielle de microalgues. Par ailleurs, les sources minières de pentoxyde de phosphore connaissent un niveau d’exploitation tel que l’approvisionnement en ce nutriment - indispensable aux organismes vivants – pourrait devenir problématique au cours de ce siècle. La méthanisation offre ainsi un moyen de recycler les volants d’azote et de phosphore contenus dans les effluents, contribuant à la fois à une meilleure qualité de notre environnement et à l’amélioration de la durabilité des productions industrielles de microalgues.

Objectifs :

Dans le contexte du projet PHYCOVER, l’objectif du Laboratoire Physiologie et Biotechnologie des Algues est d’évaluer le potentiel de digestats de méthanisation pour la production de microalgues valorisables, sur des critères de productivité et d’innocuité sanitaire. Les voies de valorisation envisagées concernent la chimie verte et l’alimentation aquacole. Le laboratoire s’attache à étudier la capacité nutritive de divers types de digestats, notamment à travers l’étude de la biodisponibilité et des rendements de l’azote et du phosphore pour les cultures de microalgues. Une seconde approche consiste à suivre le devenir de la charge micropolluante dans la biomasse produite, en lien avec les domaines de valorisation envisagés.

Partenaires :

  • INRA - Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement (LBE)  - Porteur du projet
  • INRIA – Equipe BIOCORE
  • UMR 9190 Marine Biodiversity, Exploitation and Conservation (MARBEC)
  • NASKEO Environnement
  • SAUR

Coût global du projet:

3 020 217 €