Energie

Le laboratoire PBA participe à divers programmes nationaux dans le domaine des bioénergies où il apporte sa connaissance des différentes familles de microalgues, une expérience en matière de conception de photobioréacteurs, une capacité de culture importante et une infrastructure originale d'étude du métabolisme.
Le laboratoire a été impliqué dans le projet ANR SHAMASH "Production de biocarburants lipidiques par des microalgues", coordonné par le groupe COMORE de l’INRIA de Sophia-Antipolis (Olivier Bernard).

L'objectif était de produire un biocarburant sous forme d’esters de méthyl à partir de microalgues autotrophes. Celles-ci peuvent accumuler des acides gras jusqu'à 50% de leur poids sec et permettraient d’envisager des rendements à l'hectare supérieurs d'un facteur 10 aux espèces oléagineuses terrestres. Jusqu'alors, aucune équipe en France ne travaillait sur l'utilisation de microalgues pour produire du carburant.
Ce projet a réuni des spécialistes de la culture, de la physiologie et de l'utilisation de microalgues, de l’optimisation des procédés biotechnologiques ainsi que des spécialistes des biocarburants et de l’extraction.

Les microalgues présentent de nombreuses caractéristiques favorables à la production d’acides gras :

  • rendements de croissance et par conséquent des productions à l'hectare supérieures aux espèces oléagineuses terrestres (de 20 à 75 m3 d'huile par hectare et par an selon les sources),
  • rendement photosynthétique élevé,
  • importante plasticité métabolique facilitant l'orientation de la bioproduction vers certains acides gras,
  • maîtrise du cycle de l'azote et du phosphore en contrôlant le recyclage des éléments nutritifs,
  • nombreux sous-produits valorisables,
  • technologie exploitable dans les pays en développement.

 Concernant la production de biogaz, le projet SYMBIOSE a comme ambition la production d'énergie via un procédé de méthanisation de microalgues.

 Le laboratoire est partenaire du projet SALINALGUE qui a pour objectif la maîtrise de la culture de Dunaliella salina à très grande échelle, en milieu ouvert, sur des salines inexploitées et de son bioraffinage afin de commercialiser différents bioproduits : biodiesel, biogaz, molécules à haute valeur ajoutée (Béta-carotène, Oméga 3…), et protéines pour l’alimentation aquacole.