Présentation

  Le réseau d'observations conchylicoles RESCO a été mis en place dès 2009, suite aux fortes mortalités de naissains d’huîtres creuses Crassostrea gigas observées sur l’ensemble du littoral français depuis 2008. Ce dispositif, découlant du précédent réseau REMORA, constituait l’un des moyens d’action mis en œuvre pour acquérir des connaissances sur l’évolution spatio-temporelle des mortalités d’huîtres creuses observées in situ ainsi que sur les conditions associées à l’apparition de ces mortalités. Cet observatoire national permettait par conséquent d'acquérir les données standardisées de mortalité et de croissance sur plusieurs lots sentinelles d’huîtres creuses, de différentes ploïdie, de différents âges et de différentes provenance afin d’être le plus représentatif possible de la filière.

  Après 5 ans de suivi des performances conchylicoles sur 13 sites ateliers repartis sur le littoral français, le réseau RESCO a permis d’approfondir les connaissances concernant la dynamique spatio-temporelle des mortalités d’huîtres ; à savoir quels sites, quelles périodes et quelles classes d’âge sont les plus touchés par ce phénomène. Cependant, il était apparu très difficile d’être suffisamment exhaustif sur le choix des lots sentinelles suivis, et les résultats obtenus ne pouvaient pas représenter toute la diversité des lots d’huîtres creuses cultivées sur les côtes françaises. De plus, la variabilité des lots suivis d’une année sur l’autre pouvait engendrer un biais dans les comparaisons inter-annuelles, même si des précautions particulières étaient mises en place afin que les lots sentinelles utilisés proviennent toujours des mêmes sites et des mêmes fournisseurs. Par conséquent, il a été décidé de faire évoluer le protocole réseau afin de :

  • pallier aux biais cités ci-dessus,
  • améliorer la lisibilité des objectifs du réseau,
  • augmenter sa plus-value scientifique via l’aide à la décision des services de l’Etat.

Les évolutions du protocole (détaillées ici), associées au réseau RESCO II, continuent de permettre :

  • l’acquisition annuelle, via des suivis à fréquence élevée, de données de croissance, de survie et de reproduction pour des lots d’huîtres standardisés de différentes classes d'âge,
  • la réalisation d'analyses pathologiques sur des lots sentinelles pour détecter les maladies présentes ou émergentes
  • la bancarisation des données concernant à la fois les performances biologiques de l’huître creuse ainsi que les paramètres environnementaux associés (température, salinité, phytoplancton), permettant d’alimenter les volets de recherche
  • le traitement de données et la diffusion d’informations en temps quasi-réel afin de mettre en évidence le plus rapidement possible d’éventuelles anomalies hydro-climatiques et biologiques (en comparaison avec les données statistiques historiques)
  • la connexion avec les données issues de réseaux régionaux ou d'expérimentations locales, telles que la participation à la mise au point de modèles de production conchylicole.

Le RESCO II est en étroite connexion avec :

  • le réseau Velyger développé depuis 2008 à la demande du Comité National de la Conchyliculture (CNC), qui concerne l'étude du recrutement de l'huître creuse et l'identification des causes de sa variabilité. Ce réseau s'appuie, pour le suivi de la croissance et de la reproduction, sur les lots sentinelles déployés sur les sites-ateliers de l'Observatoire Conchylicole tant sur les bassins capteurs traditionnels (Marennes-Oléron et Arcachon), que sur les bassins dans lesquels la reproduction de l'huître creuse est en extension (baie de Bourgneuf, rade de Brest) ou en émergence (étang de Thau).
  • le réseau Repamo qui traite de la surveillance de la santé des mollusques sur la base de trois protocoles d’épidémio-surveillance dont le protocole II concerne particulièrement l’étude des mortalités anormales survenant chez les mollusques marins.

Ce site internet dédié de réseau RESCO II (mis à jour de façon bi-mensuelle de mai à septembre) participe à l'information des acteurs de la filière, tant des professionnels que des administrations et des scientifiques.

Carte des sites

L'Observatoire Conchylicole assure les suivis sur 12 sites-ateliers, répartis le long des 3 façades maritimes françaises.