Le bullage des navires

Le passage de bulles au niveau des équipements acoustiques positionnés sous la coque des navires océanographiques entraîne une perturbation des signaux et une perte des données acoustiques. Une meilleure compréhension du phénomène, ainsi que des solutions visant à limiter la génération et la propagation de bulles sous la carène, sont actuellement recherchées. Les travaux font l’objet de la thèse de Sylvain Delacroix, démarrée en 2012 et co-encadrée par le laboratoire d'hydrodynamique du département REM et la DGA. Ces travaux seront poursuivis dans le cadre de la thèse de Bachar Mallat à partir de 2015.

Après avoir établi un état des connaissances sur le sujet, notamment pour ce qui concerne l’entraînement d'air par jet plongeant et la génération de la vague d'étrave des navires, les études se sont focalisées sur la caractérisation des conditions de navigation propices à l'apparition du phénomène. Cette étude permet d'établir une corrélation entre le bullage naturel et les perturbations des signaux acoustiques et de définir des seuils d'apparition du phénomène.

En parallèle, un protocole d'essais expérimentaux a été défini afin de reproduire les mouvements du navire (maquette du Pourquoi Pas ? à l'échelle 1/30), en présence de houle régulière avec vitesse d'avance. Les premières campagnes d'essais ont permis de valider le montage expérimental nécessitant la synchronisation des générateurs de mouvements, de houle et de l'instrumentation. Ces essais ont également permis de visualiser différents mécanismes d'entraînement d'air autour de deux types de carènes : l'étrave du Pourquoi Pas ? et une seconde du type étrave inversée.