Le projet DEDUCTION

Objectif

L’objectif du projet DEDUCTION ( DEveloppement DUrable de la Crevetticulture, Traitement de l’ Information et Observatoire du système en  Nouvelle-Calédonie)
est une meilleure compréhension des processus environnementaux ou écologiques, et physiologiques intervenant dans les pathologies à vibrioses de la crevette Litopenaeus stylirostris en élevage.

Contexte

De 2003 à 2006, le précédent projet, DESANS, a identifié le respect des bonnes pratiques d'élevage comme une condition nécessaire à une minimisation des risques de mortalité et  in fine à une production satisfaisante. La synthèse des connaissances acquises pour aboutir à une normalisation des procédures zootechniques en grossissement est donc un sujet prioritaire. A ce titre 2008 doit voir l'édition d’un ouvrage de référence à direction des professionnels de la crevetticulture. Même si cela constitue un pas significatif, des connaissances complémentaires doivent être acquises dans le cadre de la programmation 2007-2010 de DEDUCTION

Organisation et contenu :

DEDUCTION comprend 4 axes thématiques de travail ou actions qui sont :

  • l’environnement bassin,
  • la pathologie et l’épidémiologie,
  • l’animal crevette avec ses composantes écophysiologique et génétique,
  • la gestion et l’exploitation des données des élevages, depuis la donnée environnementale jusqu’aux informations relatives aux événements de mortalité détectés sur les fermes.

Outre ces 4 axes a été reconnue la nécessité d'un travail de communication et de transfert des connaissances basé sur l’organisation d’échanges pérennes fréquents et systématiques dans les deux sens, facilitant l’anticipation de la gestion de «crises » et l’adaptation du porter à connaissance aux différents types d’interlocuteurs (professionnels, collectivités, état, partenaires scientifiques et grand public).

Les questions de recherche qui sont la base de la programmation à 4 ans du projet sont les suivantes :

  • connaître l'impact de la fertilisation sur le contrôle de la production primaire dans un bassin, ainsi que les expérimentations grande échelle réalisées dans le cadre de la plate-forme technique « Aigue Marine », pilotée par la profession en association avec l'ERPA et avec le soutien technique de l’Ifremer.
  • de façon plus finalisée, déterminer des grilles de lecture pour les indicateurs sédimentaires d'état de fonds de bassin identifiés (MAO, DOS, REDOX, pH et méiofaune). En effet l'interface Eau-Sédiment (IES) est reconnu comme un compartiment clef dans l'évaluation du confort écologique. La prise en compte de l'IES devrait permettre une meilleure description du cycle de l'oxygène, élément moteur de la physiologie de la crevette en générale et de L. stylirostris en particulier dont les besoins énergétiques sont exacerbés. Dans ce cadre, les preferenda en oxygène de la crevette seront déterminés  in vitro et nous étudierons les conséquences de l’exposition à l’hypoxie et à l’hyperoxie sur ses défenses antioxydantes. Les résultats attendus devraient en outre permettre de mieux comprendre le rôle protecteur du probiotique Pediococcus acidilactici (BACTOCELL ®) vis-à-vis du stress oxydant en grossissement.
  • assurer la comparaison des différences de performances zootechniques des trois types génétiques de L. stylirostris aux niveaux de leur bilan énergétique et du développement de leurs défenses anti-oxydantes. Par ailleurs, la reproductibilité des résultats zootechniques obtenus précédemment sur les hybrides sera évaluée expérimentalement en bassins terre et en cages, et les observations réalisées à grande échelle sur « Aigue Marine 2 » et premiers résultats des élevages d'hybrides réalisés par les fermes seront analysés.
  • la standardisation des pratiques d'élevage est sans nul doute une parade efficace aux problèmes de mortalité massive subie par les élevages. Ceci n'exclut pas la poursuite d'une recherche plus fondamentale sur la pathogénicité des vibrioses, qu'il s'agisse des caractéristiques biochimiques afférentes à la virulence, exotoxines pour  Vibrio penaecida et plasmide pour Vibrio nigripulchritudo, ou bien de l'étude des voies d'entrée des pathogènes dans la crevette, pouvant déboucher sur une optimisation de l'utilisation des probiotiques.

D'autre part, si on ne doit pas occulter les événements survenant durant l'élevage et concourrant à une baisse de la productivité des bassins, une part peu ou mal connue des problèmes survenant en grossissement est liée à l'approvisionnement en post-larves de bonne qualité. Aussi il est fondamental d'apporter des réponses aux questions posées par les problèmes d'écloserie depuis l’élevage des géniteurs jusqu'à la production des post-larves. Ceci recouvre déjà une bonne partie des activités passées et prévues :

  • notamment en écophysiologie larvaire et post-larvaire pour la détermination des bases biologiques. Ce travail sera approfondi avec le démarrage d’une thèse. 2008 verra la mise au point et l'adaptation d'un certain nombre de méthodes à l'étude des larves, dont l'élevage expérimental en petits volumes, mais aussi l‘étude du développement des défenses anti-oxydantes au cours de l’ontogénèse.
  • disposer de géniteurs aux performances zootechniques accrues est évidemment un enjeu primordial pour la production de PL en nombre et en qualité mais également pour les travaux à mener en génétique. Dans ce cadre, la finalisation prévue du protocole d'élevage des hawaiiennes devrait permettre la constitution d'un stock de géniteurs de souche Hawaii chez les professionnels fin 2008 ou début 2009. Ceci passe par une maîtrise des différents aspects de la reproduction, dont la maîtrise du protocole de réfrigération du sperme. Plus fondamentalement, l'utilisation des marqueurs de résistance fondée sur les peptides en vue d'une sélection expérimentale sera évaluée, en collaboration avec le concours d’une équipe Ifremer de Montpellier (BOME). La question de la conservation du statut sanitaire et génétique des souches est ici cruciale et nécessite la définition d'une stratégie par la filière.
  • la recrudescence des problèmes de mortalité en écloserie incite à s'intéresser aux aspects microbiologiques de l'élevage larvaire. Comme pour l'écophysiologie larvaire (vide supra), l'année 2008 sera consacrée à la mise au point de protocoles. Conditionnée à l'intérêt de la profession en général et des écloseurs en particulier, cette nouvelle action devrait déboucher à l'identification d'un projet de recherche dès 2009.

Les activités transversales du projet sont synthétisées dans l'action 4 : suivi des élevages et aide à la gestion des fermes et de la filière. La base de données sur la filière Stylog, gérée par l’Ifremer, a été reconnue comme un outil essentiel de suivi en temps réel des élevages et potentiellement devant permettre d'identifier les facteurs de risque affectant les élevages. Elle permet une compilation des informations en provenance des différentes fermes.

Les activités prévues pour ce domaine peuvent être réparties en deux catégories :

  • la gestion des données de Stylog. L'administration de la base est une tâche fondamentale, recouvrant le soutien à la profession dans l'utilisation de la base, dans sa maintenance et dans son évolution. En matière d'évolution, on notera le développement du module "Veille clinique", en lien avec l'optimisation du recueil de données.
  • la valorisation des données de Stylog. Il s'agit d'une part de poursuivre la recherche d'indicateurs de qualité des élevages à partir des données de la base, de façon à proposer des produits de type "Bulletin" aux échelles de la ferme et de la filière. D'autre part on analysera des jeux de données propres à améliorer notre compréhension des facteurs de risque de mortalité et/ou de baisse de productivité comme celle subie lors de la campagne 2006-2007. Enfin, il est proposé de valider les outils de détection des pathogènes en menant une étude pilote de définition de seuils microbiologiques en période d'assec pré ou post-élevage.