Algues invasives

On note depuis les années 70, l'apparition, dans les milieux marin et lagunaire de la région méditerranéenne et du Languedoc Roussillon en particulier, de plusieurs espèces d'algues invasives. Certaines sont indigènes telle Valonia aegagropila, d'autres introduites.

Les principales voies d'introduction sont le détroit de Gibraltar et le canal de Suez. Cependant, les introductions d'espèces ont pris une ampleur croissante en relation directe avec l'augmentation des activités anthropiques dans le bassin méditerranéen.
En effet, aussi bien le trafic maritime, le tourisme, l'aquariologie, que les cultures d'espèces marines sont susceptibles d'être des vecteurs de propagation d'espèces étrangères à la mer Méditerranée. Celles-ci peuvent disparaître plus ou moins rapidement, s'intégrer dans le milieu, ou, enfin, proliférer au détriment de l'écosystème en place, bouleversant les chaînes alimentaires et provoquant une chute drastique de la biodiversité.

Aussi bien les côtes de méditerranée orientale que les lagunes littorales ont été les récepteurs de ces apports et n'ont donc pas échappé à ces implantations d'espèces exotiques, avec des répercussions parfois non négligeables sur les activités socio-économiques régionales.