Réseau Intégrateurs Biologiques Rinbio

La mesure directe des contaminants dans l'eau fait appel à des techniques analytiques sophistiquées et coûteuses, difficilement applicables à de grandes séries d'échantillons. Par ailleurs, la variabilité temporelle du milieu littoral ne confère que peu de représentativité à une mesure ponctuelle dans la colonne d'eau. Pour ces raisons, les mollusques sont communément utilisés comme biointégrateurs, car ils ont la capacité d'accumuler les micropolluants jusqu'à atteindre un pseudo-équilibre avec le milieu. Après un séjour de plusieurs mois dans l'eau, les niveaux mesurés dans les organismes sont le résultat et le reflet de l'état chronique du milieu.

Le Réseau Intégrateurs Biologiques (Rinbio), développé en partenariat avec l'Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse et l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) depuis 1996, et qui s'intègre dans le Réseau Littoral Méditerranéen (RLM), a pour objectif d'évaluer les niveaux de contamination chimique et radiologique dans chaque unité du référentiel géographique du Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin RMC. Il s'appuie sur un ensemble de stations qui se répartissent sur tout le littoral méditerranéen national.

Comme le volet "matière vivante" du Rocch, il se base sur les capacités bioaccumulatrices de la moule, mais utilise la technique des transplants qui combine le contrôle expérimental que l’on peut réaliser en laboratoire, avec le réalisme des expériences pratiquées sur le terrain.

Cette technique procure de nombreux avantages. La période d'exposition est connue et les stations peuvent être sélectionnées à des endroits où les moules naturelles sont absentes, en particulier dans la colonne d'eau. Les mesures sont optimisées par l'utilisation d'échantillons homogènes au regard de la population d'origine, de la taille, de l'âge et de leur environnement. Elle permet également de déployer stratégiquement des stations le long de gradients physiques et chimiques ou de les placer près de sources potentielles de pollution, comme le sédiment ou les zones de rejet en mer, pour en suivre l'impact.

Les procédures et la méthodologie de traitement des données du réseau Rinbio permettent de discriminer les facteurs physiologiques, notamment la croissance liée aux caractéristiques trophiques du milieu, des facteurs environnementaux qui interagissent sur le signal brut de contamination mesuré dans la moule. A l'échelle du réseau, les données sont ajustées à un individu standard et peuvent ainsi être comparées indépendamment de l'hétérogénéité physico-chimique et trophique des sites de stabulation.

Trente huit stations ont été analysées au cours de la campagne 1998. Après traitement des données, des classes de contamination environnementales ont été définies. Elles s'appliquent à la connaissance spatiale en 1998 de la contamination à l'échelle du réseau Rinbio. La même approche a été conduite en 2000.

Pour les métaux lourds, les secteurs présentant les niveaux les plus élevés sont :
- Les lagunes de Bages et de l'Ayrolle pour le cadmium ;
- La lagune du Prévost pour le mercure ;
- La station de Port la Nouvelle et la lagune du Prévost pour le cuivre ;
- La station de Pino en Corse et de Fos pour le chrome ;
- La station de Pino pour le nickel.

Pour le plomb, le profil de contamination est beaucoup plus diffus avec les niveaux les plus élevés situés dans les secteurs les plus urbanisés, en particulier la façade PACA, en relation, semble-t-il, avec le trafic automobile.

Pour les molécules organiques, la contamination est également plus diffuse. On remarque :
- un profil identique pour les congénères de PCBs, en particulier les CB 138 et CB 153 avec des niveaux élevés dans le golfe de Fos, la région de Marseille, la rade de Toulon et dans une moindre mesure les étangs de Thau et du Prévost ;
- pour le DDT, des niveaux très faibles, à l'exception de la rade de Marseille ;
- pour le DDE et DDD (produits de dégradation du DDT) , des niveaux élevés dans les lagunes languedociennes qui témoignent d'une contamination ancienne par le DDT ;
- pour le fluoranthène, représentatif des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP), on remarque de faibles niveaux à l'échelle du bassin à l'exception des secteurs Thau, La Palme, Bages et la Ciotat qui se démarquent par des niveaux à peine plus élevés.

La carte multi-contaminants synthétise l'ensemble des résultats.

En 2000, une campagne réalisée à l'échelle de la façade méditerranéenne française (1800 km de côte), a permis de recueillir une information équivalente sur 97 stations artificielles de moules.