NEREIS : Nutrient Export Role on Eutrophication. Indicators and model Scenarios

Objectif de l’étude

L’objectif premier de ce projet est de remettre à jour une chaine de modélisation des têtes de bassins versants jusqu’à la zone côtière. Cette chaine de modélisation existait auparavant et couplait le modèle de bassin versant Seneque/Riverstrahler (UMR Sisyphe-Paris 6) au modèle SIAM. Au cours de ce projet, 2 configurations hydro-biologiques MARS3D (Fig. 1) ont été développées, couplées avec Riverstrahler et validées. Côté bassins versants, en plus des apports liés à la Seine, les apports de l’ensemble des côtiers normands sont désormais pris en compte dans les modèles. Suite à cette réactualisation, les effets de différents scenarii (mise au norme des stations d’épuration, passage à l’agriculture biologique…) sont testés et analysés du point de vue de leur impact sur l’eutrophisation.

Fig. 1 : Emprises et couplage des configurations Manche (2km) et Baie de Seine (500m)

Principaux résultats

Les 2 modèles semblent reproduire correctement les structures de chlorophylle vues par satellite (Fig. 2. a. b. c.). L’apport du modèle Baie de Seine, outre le gain en résolution, se situe surtout au niveau de l’embouchure de l’estuaire. En effet, cette configuration utilise à la fois les modules sédimentaires et biologiques de MARS3D. Le bouchon vaseux y est correctement représenté. Cela permet d’obtenir une turbidité plus réaliste en sortie d’estuaire et donc de limiter la pénétration de la lumière dans cette zone. Pour les scénarios, les 2 emprises se comportent de façon similaire. En 2005, une crise sanitaire liée à Dinophysis a entrainé la fermeture de la pêche à la coquille Saint-Jacques pendant plusieurs semaines. Les simulations de référence effectuées sur la période 2000-2006 montrent une année 2005 qui se détache clairement des autres en terme de maximum de dinoflagellés simulés (Fig. 3).

Fig. 2a : Chloro (emprise Baie de Seine)

Fig. 2b : Chloro MODIS

Fig. 2c : Chloro (Emprise Manche)


Fig. 3 : Maximum de dinophysis simulé versus nombre d’épisodes toxiques mesuré en Baie de Seine

Personnes à contacter :

Romain Le Gendre : Romain.Le.Gendre@ifremer.fr

Philippe Cugier : Philippe.cugier@ifremer.fr

Philippe Riou : Philippe.Riou@ifremer.fr