Le Groupe Technique : Technique d'observation in-situ

La finalité des compétences réunies au sein du Groupe Technique du LPO est de mettre à la disposition des projets scientifiques les techniques de mesure en accord avec l’état de l’art, de mettre en œuvre ces techniques lors des campagnes, et d’assurer la validation et la qualification des données. 

Ce groupe est en relation à la fois avec les constructeurs, les départements « développement » de l’IFREMER et de l’INSU, les équipes scientifiques et techniques de différents laboratoires nationaux et internationaux et les centres de données (SISMER et CORIOLIS).

La mesure in-situ en océan profond est une des spécificités du LPO et une partie importante du personnel technique du laboratoire est dédiée à cette activité. Le laboratoire s’est principalement investi dans les programmes Gyroscope (contribution à ARGO), soutien à Coriolis, Ovide, Semane et Goodhope au cours de la période 2002-2008.

Les pages Moyens à la mer rappellent les divers types de mesures pouvant être mises en œuvre et analysées par le LPO, en distinguant les mesures effectuées depuis un navire, les mesures par appareils autonomes, et les mesures eulériennes sur mouillage ou châssis. Il est important de noter que si certaines techniques peuvent être considérées comme « éprouvées » (hydrologie au sens large, courantométrie eulérienne, lagrangienne et par effet Doppler), le Laboratoire est, pour d’autres techniques, en phase d’acquisition de compétence. Il s’agit actuellement des gliders (planeurs océaniques), des profileurs de micro-structure (PROMI), et des courantomètres-pressiomètres/échosondeurs inversés (C-PIES). La prise en main de ces appareils demande un travail important du personnel technique, qui n’apparaît pas toujours au travers des projets scientifiques. Il faut également mentionner d’autres travaux peu visibles, qui viennent en accompagnement des mesures eulériennes : adaptations de lignes et châssis, suivi des paramètres hydrodynamiques des éléments de mouillages, veille technologique

Atelier Mouillage

Le 12 et 13 décembre 2011, le Laboratoire de Physique des Océans a organisé à Brest une réunion rassemblant des techniciens, ingénieurs et chercheurs autour de la thématique des mouillages océanographiques qui est une composante essentielle des moyens d’observations de l’océanographie.

Véhicules autonomes de surface

De nombreux domaines d’étude de l’océan et de l’atmosphère nécessitent l’obtention de mesures in-situ au voisinage de l’interface. Les progrès récents dans la miniaturisation des capteurs et de l’électronique embarquée ainsi que dans les moyens de communication et de localisation ont suscité le développement de nouveaux outils d’observation dédiés à cette couche: profileur de microstructure, bouées fixes ou dérivantes multi-paramètres, navires à propulsion électrique ou vélique.