RESCO

Contexte, objectifs et mise en œuvre du Réseau d'observations conchylicoles

Depuis 2008, la filière ostréicole française doit faire face à des surmortalités exceptionnelles touchant les naissains d’huîtres creuses Crassostrea gigas,comprises entre 60 et 90% sur tous les bassins conchylicoles du littoral.

Face à l’évolution constante de ce phénomène de mortalité, il est apparu indispensable de pouvoir disposer deséries temporelles relatives à la survie et à la croissance des huîtres en élevage dans les divers environnements conchylicoles. Pour cela, l’Ifremer met en œuvre, depuis 2009, un réseau nommé RESCO (Observatoire Conchylicole) dont l’objectif est d'observer et de caractériser sur un plan national l'évolution spatio-temporelle des performances conchylicoles de lots d’huîtres sentinelles, et en particulier de la survie dans le contexte de la crise ostréicole actuelle.

Plus précisément, le RESCO permet :

  • l’acquisition annuelle, via des suivis à fréquence élevée, de données de croissance, de survie et de reproduction pour des lots d’huîtres standardisés de différents âges, origines et dans différents environnements les plus représentatifs possibles de la production nationale
  • la bancarisation des données concernant à la fois les performances biologiques de l’huître creuse ainsi que les paramètres environnementaux associés (température, salinité, phytoplancton), permettant d’alimenter les volets de recherche
  • le traitement de données et la diffusion d’informations en temps quasi-réel (http://wwz.ifremer.fr/observatoire_conchylicole/Resultats-nationaux) afin de mettre en évidence le plus rapidement possible d’éventuelles anomalies hydro-climatiques et biologiques (en comparaison avec les données statistiques historiques)
  • la connexion avec les données issues de réseaux régionaux ou d'expérimentations locales, telles que la participation à la mise au point de modèles de production conchylicole.

Le RESCO prend place au sein du programme "Aquaculture durable" élaboré dans le cadre du nouveau contrat quadriennal (2009-2012) de l'Ifremer et bénéficie de l'appui financier des pouvoirs publics. Il fait partie du projet "Observations, analyse et prévision des performances conchylicoles" qui regroupe les différents réseaux de surveillance de la ressource conchylicole opérationnels au sein d'Ifremer. Il est en particulier en étroite connexion avec :

  • le réseau Velyger développé depuis 2008 à la demande du Comité National de la Conchyliculture (CNC), qui concerne l'étude du recrutement de l'huître creuse et l'identification des causes de sa variabilité. Ce réseau s'appuie, pour le suivi de la croissance et de la reproduction, sur les lots sentinelles déployés sur les sites-ateliers de l'Observatoire Conchylicole tant sur les bassins capteurs traditionnels (Marennes-Oléron et Arcachon), que sur les bassins dans lesquels la reproduction de l'huître creuse est en extension (baie de Bourgneuf, rade de Brest) ou en émergence (étang de Thau).
  • le réseau Repamo qui traite de la surveillance de la santé des mollusques sur la base de trois protocoles d’épidémio-surveillance dont le protocole II concerne particulièrement l’étude des mortalités anormales survenant chez les mollusques marins.

La coordination du réseau est assurée par le LER/MPL/La Trinité sur Mer. Le suivi est réalisé par les Laboratoires Environnement Ressources (LER) d'Ifremer en fonction de leur zone de compétence géographique, le laboratoire PFOM-LPI (Centre Bretagne) pour le site de Daoulas et le SMEL (Syndicat Mixte pour l’Equipement du Littoral) pour le site de la côte ouest Cotentin.

2 stations de suivi sont sous la responsabilité du laboratoire LER/PC :

  •  Loix en Ré
  •  D'Agnas