Le Réseau REBENT

Le REBENT (seau benthique) est un réseau de surveillance de la faune et de la flore des fonds marins côtiers. Il a pour objectif de recueillir et de mettre en forme les données relatives aux habitats, et biocénoses benthiques associées, dans la zone côtière, afin de mettre à disposition des scientifiques, des gestionnaires et du public des données pertinentes et cohérentes permettant de mieux connaître l’existant et de détecter les évolutions spatio-temporelles.

Le REBENT se compose deux approches :

  • l’approche zonale qui comprend des synthèses cartographiques, des cartographies sectorielles, des suivis surfaciques et quantitatifs de la végétation,
  • l’approche stationnelle qui a pour objectif la surveillance de l’évolution de la biodiversité et de l’état de santé d’une sélection d’habitats et qui est réalisée à partir de mesures standardisées, mises en œuvre sur des lieux de surveillance de nature ponctuelle répartis sur l’ensemble du littoral.

Dès l’origine du projet (décembre 2000), la Bretagne a été considérée comme une région pilote pour le développement du réseau. Opérationnel depuis 2003 sur la façade Bretagne, le REBENT s'est progressivement mis en place sur l’ensemble du territoire dans le but de répondre plus formellement aux obligations de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE). La définition des indicateurs d’état des lieux et d’évolution des masses d’eau DCE s'appuie très largement sur les travaux du REBENT.

D'une manière générale, au-delà de la DCE, les données du REBENT alimentent les systèmes de base de données permettant de répondre à de multiples sollicitations comme Natura 2000 et son extension en mer, la stratégie des aires marines protégées (AMP) et plus largement, la DCSMM (Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin).

Les zones de traitement :

L'ensemble des eaux territoriales est susceptible d'être concerné mais l'effort porte en priorité, notamment pour les acquisitions nouvelles, sur la zone de balancement des marées et les eaux côtières concernées par la DCE, en accordant autant que possible dans le dispositif de surveillance une attention particulière aux zones protégées. La sélection des habitats/biocénoses suivis tient compte de la représentativité, de l'importance écologique, de la sensibilité et de la vulnérabilité de ceux-ci.

Dans le cadre du REBENT, on s'intéresse uniquement au macrobenthos marin (organismes dont la taille est supérieure à 1 mm) dans la zone de balancement des marées et les petits fonds côtiers de France métropolitaine.

Participation à la DCE :

Les suivis mis en œuvre pour la DCE couvrent la macroflore benthique (macroalgues et phanérogames marines) et les invertébrés benthiques de substrat meuble. Les observations stationnelles suivent un cycle de trois ans, tandis que les observations surfaciques de certains habitats remarquables ont lieu tous les 6 ans.

Les suivis effectués en Charente-Maritime dans le cadre du REBENT pour la DCE
sont marqués d'un * dans le tableau ci-dessous :

 

Type de suivi

Périodicité

macroalgues substrat rocheux intertidal *

surfacique

1 fois tous les 6 ans

stationnel

1 fois tous les 3 ans

macroalgues substrat rocheux subtidal *

surfacique

 

stationnel

1 fois tous les 3 ans

algues calcifiées libres subtidales (maërl) *

surfacique

1 fois tous les 6 ans

stationnel

1 fois tous les 3 ans

blooms d'algues opportunistes *

surfacique

1 fois tous les 3 ans

stationnel

1 fois par an

macroalgues médiolittorales de Méditerranée

surfacique

1 fois tous les 3 ans

stationnel

herbiers à Zostera marina

surfacique

1 fois tous les 6 ans

stationnel

1 fois tous les 3 ans

herbiers à Zostera noltii *

surfacique

1 fois tous les 6 ans

stationnel

1 fois tous les 3 ans

herbiers à Posidonia oceanica

surfacique

 

stationnel

1 fois tous les 3 ans

macrozoobenthos substrat meuble intertidal *

surfacique

 

stationnel

1 fois tous les 3 ans

macrozoobenthos substrat meuble subtidal *

surfacique

 

La mise en œuvre de la surveillance des masses d’eau côtières dans le cadre de la DCE en concerne environ 300 sites répartis sur le littoral métropolitain.

Méthodes et diffusion des données :

Comme pour tous les réseaux de surveillance, le REBENT s’appuie sur des méthodes, des protocoles et des référentiels nationaux et européens. Toutes les données sont intégrées à Quadrige². A l’échelle de la métropole, l’originalité du réseau REBENT est d’être géré et mis en œuvre par région ou façade géographique : Manche Orientale - Mer du Nord, Bretagne, Atlantique et Méditerranée. La diffusion des résultats se fait donc généralement par façade. Coordonné par Ifremer, le réseau associe de nombreux partenaires scientifiques et techniques: stations marines de Wimereux (Université de Lille), de Dinard (MNHN), de Roscoff (Université UPMC Paris VI), de Concarneau (MNHN), d’Arcachon (Université de Bordeaux), Stareso (Université de Liège) et de Banyuls (Université UPMC Paris VI), Université de Bretagne occidentale/IUEM/LEMAR et LEBAHM, CNRS/Université de La Rochelle, Université de Nice, CEVA, GEMEL Normandie, Cellule du Suivi du Littoral Haut-Normand, Hémisphère Sub, Bio-Littoral, CREOCEAN.