Palytoxine & analogues: purification à partir de culture d’Ostreopsis cf. ovata et niveaux d’accumulation dans les produits de la mer

Résumé de thèse

Doctorante: Charline Brissard

Direction de thèse: Zouher Amzil & Christine Herrenknecht (Université de Nantes)

Durée de la thèse: De novembre 2011 à novembre 2013

Co-financements: IFREMER / Région Pays de Loire

Les dinoflagellés du genre Ostreopsis sont connus en zones côtières tropicales pour être à l’origine d’intoxications alimentaires (souvent mortelles) suite à l’accumulation de la palytoxine et /ou de ses analogues (palytoxines-like) dans des crabes, des oursins ou des poissons.

Probablement en lien avec le changement climatique, Ostreopsis spp. est de plus en plus présent en Méditerranée nord occidentale (Italie, Espagne, Grèce, France). En France, depuis 2006, année de la première prolifération d’O. cf. ovata en Méditerranée (Morgiret, au large de Marseille), les données acquises, durant les blooms estivaux d’Ocf. ovata 2008 et 2009, montrent qu’il existe un danger réel d’intoxication humaine suite à la mise en évidence d’une bio-accumulation des PLT-like (palytoxine + ovatoxin-a) aussi bien dans les bivalves filtreurs (moules immergées) que dans les échinodermes herbivores (oursins). La teneur totale en PLT-like accumulée dans les oursins a atteint 450 µg eq PLT/kg de chair totale (été 2008). Concernant les moules, la teneur maximale était de 230 µg éq PLT/kg (été 2009) pour un maximum de 360 µg trouvé dans les oursins durant la même période au niveau du même site.

Contrairement à la palytoxine, il n’existe pas d’étalon de l’ovatoxine-a et sa toxicité relative n’est pas connue, alors qu’elle est présente majoritairement (environ 90%) dans les différents organismes marins récoltés dans les zones touchées par O. cf. ovata. À défaut d’étalon, la teneur de l’ovatoxine-a est estimée en utilisant un étalon de la palytoxine.

Les travaux de thèse ont pour objectifs :

> Purifier l’ovatoxine-a en quantité notable à partir de culture en masse d’O.cf. ovata;

> Contribuer à l’élucidation de sa structure moléculaire complète, décrire sa réactivité dans différentes conditions (pH, T, lumière) et évaluer son pouvoir hémolytique par comparaison à celui de la palytoxine, à partir de l’ovatoxine-a purifiée;

> Acquérir des données sur les niveaux d’accumulation des palytoxines-like dans différentes espèces de la chaîne alimentaire. Ces données contribueront à l’analyse de l’impact sanitaire puisque actuellement, au niveau international, il existe très peu de données permettant d’établir des seuils d’alerte d’Ostreopsis  spp. et de sécurité sanitaire.

Mots-clefs : culture d’Ostreopsis, ovatoxine-a, palytoxine, CL-SM/SM, test hémolytique.