La marée

Pour consulter la page dédiée à la marée sur le site du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM) cliquer ici.

La marée à Arcachon

La marée est de type semi-diurne et présente un marnage variant entre 1,10 m pour un coefficient proche de 20 et 4,95 m pour un coefficient proche de 120. En vive eau, la marée est quasiment symétrique, avec une durée moyenne du flot de 6 h 20 et de 6 h pour le jusant. En morte eau, la marée est nettement asymétrique, le montant présentant une durée moyenne de 7 h et le descendant durant 5 h 25 en moyenne (L'Yavanc, 1995).

Le tableau suivant présente les volumes d'eau échangés entre le Bassin d'Arcachon (le méridien du Cap Ferret définit ici la limite du Bassin) et l'Océan pour trois cas de marée. Données calculées par simulation du modèle hydrodynamique MARS3D-Arcachon (Plus et al., 2009)

Mortes-eaux (coeff. 45)

Marée moyenne (coeff. 70)

Vives-eaux (coeff. 95)

Volume total à pleine mer (millions de m3)

721

807

892

Volume total à basse mer (millions de m3)

457

423

400

Volume oscillant (millions de m3)

264

384

492

Débit moyen total dans les passes (m3/s)

15 400

24 000

30 680

Amplitude de la marée (m)

2,10

3,10

3,80

Les courants de marée peuvent atteindre 2 m/s dans les chenaux des passes et dans la partie médiane du Bassin. Dans cette zone, la cheminement des particules peut dépasser largement les 12 km par cycle de marée (Salomon et Breton, 1995). Au fond du Bassin, les courants sont beaucoup plus faibles (< 1 m/s) et la trajectoire des particules beaucoup plus limitée (de 1 à 2 km).

Courants maximaux (en m/s) simulés au cours d'une marée de coefficient 95

La vitesse des courants est particulièrement faible dans les chenaux transversaux. Le chenal du Courbey notamment avec des valeurs maximales pour un coefficient moyen de 0,2 à 0,4 m/s (Salomon et Breton, 1993). Ceci explique que le fond de ces chenaux soit composé principalement de sables fins envasés.

Courants de jusant simulés trois heures après la pleine mer à Eyrac

Flux résiduels simulés (somme des produits de la vitesse du courant par la hauteur d'eau) d'une marée de coefficient 70

La distribution des courants au cours du jusant (Figure de gauche) montre clairement que l'essentiel des eaux provenant du secteur sud-ouest de la baie longe la pointe du Cap Ferret. L'étude des flux résiduels (Figure de droite) montre qu'un mouvement résiduel de jusant se situe dans les passes et le long du Cap Ferret, et qu'il est compensé par une entrée d'eau diffuse le long du moulleau, du coté Est du goulet d'entrée (Salomon et Breton, 1993).

Les temps de renouvellement des eaux du Bassin sont relativement longs, compris entre 12,8 jours, pour des périodes de forts vents de Nord et d'Ouest couplés à des débits de crue, très favorables au renouvellement des eaux, et 17,4 jours pour des forts vents de Sud (ou des vents faibles ou nuls d'Est) couplés à des débits d'étiage.