Année 2009

Météorologie et hydrologie

En 2009, la température de l'eau a été normale par rapport aux dix années précédentes, sauf en novembre-décembre au fond du Bassin (températures plus élevées que la normale). La salinité a été faible par rapport à la normale au début et à la fin de l’année, en raison des forts débits de l'Eyre pendant ces périodes. Les précipitations importantes observées en janvier et en novembre expliquent ce phénomène.Les résultats des mesures d’oxygène dans l’eau en 2009 ne mettent pas en évidence de périodes d’anoxie dans les eaux du Bassin, même en été. Toutefois, il faut rappeler que ces mesures sont effectuées aux alentours de la mi-journée (stratégie du réseau hydrologique ARCHYD), alors que les teneurs en oxygène présentent des valeurs plus basses pendant la nuit (respiration des organismes animaux et végétaux non compensée par la photosynthèse). Les teneurs en matières en suspension ont globalement été plus faibles que la normale en été mais plus élevées à la fin de l’année, notamment dans le fond du Bassin, à la fois en raison des forts débits et des coups de vents d’ouest et sud ouest du mois de novembre. Les teneurs en nitrate et en ammonium dans les eaux du Bassin ont été particulièrement élevées par rapport à la normale en janvier-février et novembre-décembre, résultant des forts apports par l'Eyre pendant ces mois. Les teneurs en phosphate ont par contre été proches ou légèrement en deçà des normales mensuelles. Les biomasses phytoplanctoniques ont été globalement conformes à la normale établie depuis 10 ans, sauf au mois de janvier où elles étaient supérieures (floraison très précoce d’Asterionellopsis glacialis). Le pic printanier de chlorophylle a a été observé en avril sur tous les points, mais il n’était pas très marqué. A l’intérieur du Bassin, les teneurs estivales étaient assez élevées. Cette « normalité » des valeurs de chlorophylle a à l’intérieur du Bassin est en apparente contradiction avec les observations réalisées sur le point « Teychan bis », révélant une pauvreté phytoplanctonique en 2009 par rapport aux années précédentes. Ce phénomène s’explique par le fait que les concentrations en chlorophylle a sont, entre les mois d’avril et de juillet, beaucoup plus élevées à basse mer qu’à pleine mer, niveau de marée auquel est
échantillonné le point « Teychan » dans le cadre du réseau phytoplancton-phycotoxines (REPHY).