Année 2007

Météorologie et hydrologie

En 2007, par rapport aux dix années précédentes, la température de l'eau a été élevée en janvier, février et avril et faible en juin (points internes), août, septembre (points les plus externes exclusivement) et novembre. La salinité a présenté ses valeurs minimales au printemps (mars ou avril, selon les sites), en raison des forts débits de l'Eyre associés à des précipitations particulièrement abondantes en février-mars. Dans les zones internes (points "Jacquets" et "Comprian"), des salinités plus faibles que la normale ont également été observées en juin et juillet (débit de l'Eyre en juin fort par rapport à la normale). Au
contraire, entre septembre et décembre, la salinité a souvent été plus élevée que la normale, en raison d'un faible débit des cours d'eau. Les teneurs en MES ont été globalement élevées jusqu'à la fin de l'été sur les 3 points les plus internes, en relation avec les vents importants observés jusqu'à fin août ainsi qu'au fort débit de l'Eyre au cours des mois de mars et de juin. Le point le plus affecté par cette élévation des MES par rapport à la normale ("Comprian"), correspond à la zone où les herbiers de zostères naines sont le plus dégradés (observations d'août 2007), facilitant ainsi la mise en suspension des sédiments fins lors des événements d'agitation de l'eau.mars et en juin (Figure suivante). En 2007, les teneurs en nitrate dans les eaux du Bassin ont été particulièrement élevées par rapport à la normale en mars-avril et en juin-juillet, résultant des forts apports par l'Eyre. En novembre-décembre, les apports par l'Eyre étaient au contraire particulièrement faibles, expliquant les faibles teneurs observées pendant ces mois sur les points internes.

Pendant tout le début de l'année (jusqu'en septembre), et comme cela avait été observé entre mars et décembre 2006, les teneurs en ammonium ont été élevées par rapport à la moyenne, phénomène particulièrement marqué dans les points du fond de la Baie ("Jacquets" et "Comprian"), mais également à l'embouchure nord du Bassin ("Bouée 13"). Le flux d'ammonium apporté par l'Eyre (principal cours d'eau pourvoyeur d'azote inorganique pour le Bassin) a été élevé par rapport à la normale en mars, juin et juillet, et du même ordre qu'au cours des années précédentes pendant les autres mois. Comme évoqué précédemment pour les MES, on peut supposer que la régression des herbiers de zostères dans la zone sud-est du Bassin joue un rôle dans ces phénomènes (moindre absorption par les zostères, remise en suspension des sédiments fins riches en ammonium). Les teneurs en phosphate ont été basses par rapport aux normales dans les points internes ("Jacquets" et "Comprian") entre juin et novembre, sans doute à la fois à cause des faibles températures (limitant la reminéralisation), et d'une consommation importante due aux fortes biomasses phytoplanctoniques.

En ce qui concerne la chlorophylle a, des situations assez différentes ont été observées selon la localisation des points dans la Baie :

  • A l'entrée du bassin ("Bouée 7" et "Bouée 11-Bouée 13"), le bloom phytoplanctonique printanier a été observé entre mars et avril. A la "Bouée 7", ces blooms étaient principalement composés par Asterionellopsis glacialis (mars) et Pseudo-nitzschia (avril). Par la suite, les teneurs en chlorophylle sont restées élevées par rapport aux années précédentes. Comme en 2006, le bloom automnal a été très marqué (fortement dominé à la "Bouée 7" d'abord par Cylindrotheca closterium puis par Pseudo-nitzschia), permettant d'atteindre, en octobre-novembre, des teneurs en chlorophylle très supérieures à la normale.
  • Au fond de la Baie ("Jacquets" et "Comprian"), le bloom printanier (mars) a été important par rapport à la normale et il était constitué presque exclusivement (à haute mer) par Asterionella glacialis. A "Comprian", les teneurs en chlorophylle a se sont brutalement élevées au mois de juin et sont restées élevées en juillet (valeurs supérieures à la normale), du fait de très fortes teneurs mesurées à basse mer, situation de marée pour laquelle on ne dispose pas de dénombrements phytoplanctoniques. Le bloom automnal n'a pas été perceptible au fond du Bassin; Comme à l'entrée de la Baie, les teneurs en chlorophylle a dans le fond du Bassin sont restées assez élevées par rapport à la normale entre l'été et l'automne.