ILICO et les infrastructures de recherche en France

ILICO figure parmi les 95 infrastructures de recherche inscrites dans la stratégie nationale des infrastructures de recherche produite par le Ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation afin « d’accompagner les communautés de chercheurs publics et privées vers l’excellence ».

Stratégie nationale – Feuille de route des infrastructures de recherche

Issue de la volonté de l’État de structurer le paysage des moyens dédiés à la recherche d’envergure nationale (outils de mesure, d’observation, de modélisation, de simulation, etc.), la feuille de route nationale des infrastructures de recherche est un outil stratégique de pilotage qui vise à fournir une vision globale des investissements fait dans le domaine de la recherche à l’échelle nationale.

Mise à jour tous les quatre ans, la feuille de route nationale 2016 présente 95 infrastructures dont les objectifs et les thématiques de recherche associées sont variées. Dépendantes des besoins de la communauté scientifique et technique qui les mettent en place, ces infrastructures de recherche peuvent être de différentes natures :

- localisées comme l’E-ELT, plus grand télescope mondial dans le domaine de l’observation de la lumière visible et infrarouge ;

- distribuées tel que les navires de la flotte océanographique française (FOF) qui mènent  des recherches en milieu marin côtier et hauturier ;

- dématérialisées comme c’est le cas du pôle de données et de service ODATIS ;

- construites à partir de réseaux humains pour former des cohortes comme CONSTANCE, Cohorte des consultants des centres d’examens de santé.

Regroupant les infrastructure d’un grand nombre de domaines de recherche (sciences humaines et sociales, système terre et environnement, énergie, biologie et santé, sciences de la matière et ingénierie, astronomie et astrophysique, physique nucléaire et hautes énergies, sciences et technologies du numérique et des mathématiques, informations scientifiques et techniques), la feuille de route présente, pour chaque infrastructure, des informations communes qui permettent de mieux comprendre la structuration et les moyens dédiés à son fonctionnement (localisation, volume de données produites, budget, etc.). Au sein de cette feuille de route, les infrastructures de recherche sont distinguées en quatre catégories différentes qui varient selon leur mode de gouvernance, leur caractère national ou international ainsi que l’origine de leur budget : les organisations internationales, les très grandes infrastructures de recherche (TGIR), les infrastructures de recherche (IR), et les projets.

Site web

application/pdf Feuille de route des infrastructures de recherche 2016

Qu’est-ce qu’une infrastructure de recherche ?

Les infrastructures de recherche sont des infrastructures mises en place en raison de leurs missions particulières (observation des milieux marins, expertise génomique, mise en place d’instruments, etc.) par au moins une des cinq alliances,  leurs membres ou des établissements publics. Figurent également sous ce statut les programmes labellisés dans le cadre des investissements d’avenir du Ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.

Quelques soit leurs objectifs, les IR doivent disposer d’une gouvernance centralisée, identifiée et effective distinguant les instances de pilotage stratégique des instances scientifique, et peuvent conduire des recherches qui leurs sont propres et/ou fournir des services à la communauté d’utilisateurs. A terme, les infrastructures de recherche devront être en mesure de mettre à disposition les données produites dans le cadre de leurs activités selon les pratiques et les standards internationaux du domaine auquel elles appartiennent.

Place d’ILICO dans le paysage des infrastructures de recherche françaises

L’infrastructure de recherche littorale et côtière – ILICO s’inscrit dans les IR du domaine « Système Terre et environnement » qui visent à améliorer les connaissances des grands processus à l’œuvre au sein des grands compartiments du système Terre et des relations qui existent entre eux. Construite dans la logique européenne du projet JERICO, ILICO regroupe les systèmes d’observation de plusieurs établissements (Ifremer, CNRS, universités, etc.). Focalisée sur les milieux littoraux et côtiers, ILICO contribue, avec les infrastructures d’observation EMSO et EURO-ARGO, à couvrir l’ensemble du domaine océanique dont les données doivent être regroupées au sein du pôle de données et de services ODATIS.