Comment accéder aux grands fonds ?

Introduction aux moyens utilisés

Nous savons tous accéder à la mer par sa frange littorale, mais l'accès aux fonds au delà du millier de mètres est bien plus difficile.

L'accès aux grands fonds a d'abord été réservé aux dragages effectués à partir des navires ; ils ont permis de découvrir les espèces qui peuplaient ce milieu hostile et opaque où règne des pressions extrêmes.
Les équipements des navires ont ensuite autorisé les reconnaissances au long cours par toute profondeur en utilisant des équipements acoustiques, sismiques, magnétiques, fournissant les données de base sur la colonne d'eau, les fonds marins et leurs substrats.
Les satellites offrent une bonne connaissance de la surface de la mer, mais sont très vite limités en pénétration sous l'eau au delà de quelques dizaines de mètres.
Les mesures obtenues à partir de l'instrumentation de surface sont vite insuffisantes pour les examens de détails. L'accès à plus de détail par grands fonds n'est possible qu'en disposant d'engins travaillant à proximité ou au contact du fond. L'observation directe de l'homme a commencé avec l'usage des sous-marins ; elle a permis d'observer les espèces et leur environnement malgré une vision limitée à une dizaine de mètres de portée.

Cet accès au détail est aujourd'hui partagé par les sous-marins et les engins inhabités opérés à distance à l'aide d'un câble. Déjà les robots autonomes sans câble commencent à y trouver leurs places pour des opérations répétitives de relevés systématiques. Et, lorsque l'échelle de temps des observations dépassent les capacités de ces engins, les stations posées près du fond prennent le relais pour des surveillances qui peuvent durer plusieurs mois.

Il n'existe donc pas une voie privilégiée pour accéder aux grands fonds, mais une panoplie de moyens complémentaires qui permettent d'accéder aux différentes échelles d'espace et de temps nécessaires pour observer et surveiller les écosystèmes sous-marins.

La France, avec ses engins actuels (Victor 6000, Nautile, Sar, …) et ses développements en instrumentation et en véhicules autonomes, s'insère au niveau de ses homologues américains (Alvin, Jason, Deep Tow, ….) japonais (Shinkai 6500, Hyper Dolphyn, Urashima,…), russes (Mirs, …) et européens (ISIS, Autosub, Deep Quest 5).

AUV (autonomous underwater vehicule)