La navette Nadia

La diagraphie consiste à effectuer une suite de mesures réalisées en séquence le long d'un puits, en cours ou après un forage. La navette Nadia a été conçue pour permettre l'introduction d'équipements de diagraphie dans un tel puits sous-marin. Sa mise en oeuvre au cours de la campagne FARE constitua une première mondiale.

La campagne FARE

En juillet 1988, la première opération de réoccupation d’un puits marin profond a été réalisée au moyen de la navette Nadia 1 mise en œuvre par le Nautile. Cette expérimentation a été conduite sur le site 396 B où un puits avait été foré en 1976, par le navire de forage scientifique Glomar Challenger dans le cadre du Deep Sea Drilling Project (DSDP). Ce puits se trouve à proximité de l’axe de la dorsale Médio-Atlantique à 23°N par 4465 m de profondeur.

La localisation précise du puits était l'une des inconnues de la campagne FARE. En effet, le puits avait été foré 12 années auparavant, alors que le positionnement par satellite de l'époque était encore peu précis. Néanmoins, le Nautile retrouva le puits après une recherche en spirale de 3 heures, aidé par la présence de nombreux débris et déchets divers rejetés par le navire de forage durant son séjour de 3 semaines sur le site.
Le cône de ré-entrée était attendu émergeant de 3 m au dessus du fond de mer (facile à repérer au sonar). Il était en réalité totalement enfoui et situé au centre d'une dépression (engendrée par le poids du tubage laissé en place). Le cône et le puits étaient heureusement restés bien ouverts, libres d'obstructions.

Les instruments de mesure (une sonde thermique et un préleveur de fluide) ont pu y être descendus jusqu’à la cote de -300 m sous le fond de mer, permettant l'acquisition de mesures inédites.


Nadia 1 dans le cône 396 B (profondeur 4465 m)

L'observatoire Nadia 2

A partir de cette expérience, une nouvelle version de la navette a été réalisée. Nadia 2 permet des mises à l’eau et récupération suivant des procédures proches de celles utilisées pour les sous-marins habités. Autonome en énergie, elle peut fonctionner en mode "observatoire" sur des périodes pouvant aller jusqu’à quelques mois.

Nadia 2 a permis de réaliser 2 campagnes :

- OFM-SISMOBS pour l’inter comparaison de mesures sismologiques longues périodes entre fond de mer et en puits.

- DIANAUT au cours de laquelle 3 puits DSDP/ODP dans l’Atlantique ont été revisités pour des diagraphies de température, débit fluide dans les puits, imagerie optique des parois et champ magnétique 3 axes.


Nadia 2 : mise en place par le Nautile

Les principales caractéristiques de la navette Nadia 2 sont données ci-dessous :

Structure tubulaire en alliage d’aluminium :

Hauteur totale : 5,3 m
Diamètre : 3,8 m
Poids dans l’air : 8 t

Energie : batteries au plomb en équipression dans un bain d’huile

Treuil à motorisation hydraulique

Câble électro-porteur :

Longueur : 1500 m
Diamètre : 8,3 mm
Traction max : 5 tonnes
Collecteur électrique : 7 voies

Contrôle/commande : par ordinateur portable et opérateur dans le Nautile via un dispositif de connexion/déconnexion électro-hydraulique


Nadia 2 : récupération – plage arrière du Nadir