Le Shinkai 6500

Année de mise en service

Longueur/largeur/
Hauteur (en mètres)

Immersion maximum

Poids (en tonnes)

Equipage

Navire support

1990

L : 9,5
l : 2,7
H : 3,2

6 500 m

26

3

Yokosuka

Particularités : 

Autonomie normale : 8 heures ; autonomie de sécurité : 5 jours
Réglage de l'assiette (+ ou - 10 °) par déplacement de mercure
Hélice de propulsion orientable ; moteur de 5,2 kw
Deux propulseurs à axe vertical + un avant transverse
Charge utile de 200 kilos

En 1985, les Japonais se lancent dans la construction du Shinkai 6500. Ils choisissent - comme pour le Nautile - un alliage en titane pour la sphère. Mais plus lourd que l'engin français, le Shinkai nécessite des portiques de mise à l'eau imposants. On construit donc en même temps un navire support dédié, le Yokosuka (105 m de long, 4 439 tonnes).

Son ambition : étudier environ 96 % de la Zone Economique Exclusive du Japon (200 milles) et 98 % des fonds océaniques mondiaux.

Le 11 août 1989, le Shinkai effectue une plongée d'essai dans une fosse du Japon au large de Sanriku, à une profondeur de 6 527 m : cela reste la plus grande profondeur atteinte par un submersible habité encore en service à ce jour.

En octobre 2003, il totalisait quelque 780 plongées.