L'Alvin

Année de mise en service

Longueur/largeur/
Hauteur (en mètres)

Immersion maximum

Poids (en tonnes)

Equipage

Navire support

1964

L : 7,1
l : 2,6
H : 3,7

4 500 m

17

3

Atlantis

crédit photos : WHOI

Son histoire

L'Alvin - du nom de son concepteur Allyn Vine, ingénieur à la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) - est le premier sous-marin léger grande profondeur financé par la Marine américaine. Il est mis à l'eau le 4 août 1964. Il est alors certifié pour plonger à 6 000 pieds (1828 m ). Il emporte 1 pilote et 2 scientifiques.

Il connaît un début de vie mouvementée.

Le 17 janvier 1966, un bombardier américain perd une bombe thermonucléaire au large de Palomares (Espagne). Transporté à bord d'un avion gros porteur, l'Alvin rejoint d'urgence la Méditerranée. Après un mois de recherche en compagnie de l'Aluminaut, il est le premier submersible habité a retrouver un objet par grand fond. Mais une première tentative de récupération est un échec : le câble de relevage casse et la bombe glisse encore plus profond dans un canyon. Nouvelle recherche, nouvelle tentative : le 6 avril, la bombe est enfin remontée par un engin télécommandé, le CURV.

En octobre 1968, lors d'une mise à l'eau, l'Alvin coule à vide, à 5 000 pieds, panneau de sphère ouvert. Dans un premier temps, les mauvaises conditions météorologiques empêchent sa récupération. 10 mois plus tard, l'Aluminaut et le Mizar le retrouvent et réussissent à passer un croc dans le panneau. L'Alvin n'a finalement subi que peu de dommages (on retrouve à bord un sandwich intact, prêt à être mangé !) . Entièrement révisé, il reprend son service en 1970.

En 1973, il subit une profonde refonte. Il est alors équipé d'une sphère en titane lui permettant d'atteindre 4 500 m. Cette profondeur ne sera toutefois autorisée qu'en 1994, la certification 1973 n'étant valable que pour 12 000 pieds (3658 m).

En 1974, l'Alvin participe à l'expédition franco-américaine "Famous" le long de la ride médio-atlantique en compagnie des sous-marins français Cyana et Archimède. Les observations réalisées viennent confirmer la théorie de la dérive des continents.

On retrouve également l'Alvin dans la découverte des sources hydrothermales et de la vie autour de ces sources. En effet, en février 1977, des changements inexpliqués de températures dans le fond des océans incite une équipe de géologues à plonger sur la dorsale des Galapagos. Par 2 500 m de fond, John Corliss et Jerry Van Andel sont les premiers à découvrir des sources d’eau (à environ 15 degrés) riche en minéraux.

Et replongeant un an après la Cyana sur les zones de la campagne française Cyamex (dorsale Est-Pacifique), l'Alvin a la chance de découvrir les premiers fumeurs noirs, des cheminées d'où jaillit une eau très chaude (350 degrés).

De nombreux scientifiques français ont été invités à plonger à bord de l'Alvin. Et lors de la campagne Flores en 1997, l'Alvin et le Nautile se retrouvent face à face par 2 500 m de fond au milieu de l'Atlantique. Un film - "Les volcans sous la mer" - retrace cette rencontre.

Jusqu'en 1983, c'est un catamaran répondant au nom de Lulu qui met à l'eau l'Alvin entre ses coques. Depuis, il embarque sur un navire plus classique, l'Atlantis.

En 1986, les systèmes électriques et le système de propulsion de l'Alvin sont améliorés. Il explore alors l'épave du Titanic. Pour visiter l'intérieur, il est équipé d'un robot - Jason - (tout comme l'Ifremer a doté son Nautile d'un robot, le Robin).

L'Alvin est basé sur la côte Est américaine, à Woods Hole, siège de la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI), dans le Massachusetts.

Il a effectué sa 4 000ème plongée le 12 avril 2004.

Malgré son âge, l'Alvin reste compétitif grâce aux nombreuses refontes et améliorations apportées au cours des années. Il reste, avec le Nautile, l'un des plus actifs des submersibles scientifiques.

Un nouveau submersible américain est à l'étude avec pour objectif d'atteindre les 6 500 mètres de profondeur.