Victor 6000 : liaison surface-fond

L’élément majeur est le câble électro-opto-porteur.

Le choix de ce câble a fait aussi l’objet de nombreuses itérations. Il fallait faire cohabiter des exigences contradictoires :

-

le plus petit diamètre possible pour rester compatible avec nos navires et moyens de manutention, mais ...

-

des conducteurs qui peuvent passer la puissance demandée de 21 kw

-

une armature capable de supporter les efforts demandés par le poids de la ligne à 6000 m + la masse du "lest dépresseur"

-

avec des fibres optiques pour transmettre données et vidéo

On a finalement choisi un câble à double armature acier, d’un diamètre de 20,6 mm, possédant une charge de rupture de 20 tonnes, et renfermant 3 doubles conducteurs de puissance et 7 fibres optiques protégées dans des petits tubes en inox (sachant qu’une seule suffit pour la transmission de données, mais il faut du rechange et des fibres disponibles pour les utilisations futures).

Ce câble est enroulé en surface sur un énorme treuil à traction directe, qui peut l’enrouler ou le dérouler à une vitesse de 1m/sec, ce qui est important pour ajuster la longueur en fonction des obstacles imprévus.

Au bout du câble, on a placé un lest dépresseur passif de 1 tonne qui permet de découpler le véhicule des mouvements du bateau. Ce lest est aussi équipé de capteurs pour le positionner.

Enfin, entre le lest et le véhicule, on a ce qu’on appelle la laisse. Elle fait jusqu’à 300 m. Elle prolonge le câble porteur pour ce qui concerne les connecteurs électriques et fibres optiques. Elle est à armature en kevlar pour la rendre quasi flottante dans l’eau et être ainsi pratiquement neutre pour les mouvements du véhicule.