L'Epaulard

En 1980, l'Epaulard est le premier engin opérationnel profond d'observation autonome inhabité (AUV) au monde. Il peut intervenir jusqu'à 6000 m de profondeur. Son trajet est commandé par des ordres de cap transmis par voie acoustique depuis le navire support. Il est équipé d'un appareil photographique de grande capacité (5000 photos).

L'Epaulard

Il est construit en maîtrise d'ouvrage pour le Cnexo par Eca (le véhicule) et CIT Alcatel (l'électroacoustique). Ses essais se déroulent à partir de mars 1979, et il est déclaré opérationnel en avril 1980.

L'engin mesure 4 mètres de long et pèse 3 tonnes. Avec ses dispositifs de mise en oeuvre et de maintenance, il constitue un "système" de 20 tonnes avec une emprise sur le pont de 35 m². Conçu pour être mobile, il a pu être implanté sur de nombreux navires supports (Le Noroît, Le Suroît, L'Atalante, Le Jean Charcot, Le Moana, L'Intersub 4, ...).


Schéma de principe du système Epaulard

En 1981, il entame les campagnes de prospection de nodules dans le Pacifique, et y atteint sa profondeur maximale. En 1983, il est doté de deux modules optionnels, un propulseur vertical pour sauter les obstacles et un système de transmission d'image Tv par voie acoustique.

En 10 ans, l'Epaulard a accompli 200 plongées. A chaque plongée, il rapporte 3000 photos couleur ou 5000 photos noir et blanc, ainsi que des relevés bathymétriques de grande finesse. Sa batterie lui permet à chaque cycle de 12 heures, de parcourir 20 km au fond.

Son usage a été intense dans l'exploration des nodules, mais il a été aussi mis en oeuvre dans la recherche d'épave, la reconnaissance de fonds de canyon, de volcans, de zones d'encroûtement cobaltifère, de zones de déchets radioactifs à faible teneur, ....

Mise à l'eau de l''Epaulard pendant la mission Eumeli 2 sur la biodiversité
(première campagne scientifique de l'Atalante)

L'Epaulard a été désarmé en 1991.