L'Archimède

Ses principales caractéristiques :

Longueur : 22,1 m - Largeur : 5 m - Hauteur : 9,1 m

Tirant d'eau en charge : 5,20 m

Poids à vide : 58 tonnes
mais 21 tonnes de lest, 120 d'essence et d'huile, 2 tonnes de matériel scientifique,
soit un total de 200 tonnes

La sphère a un diamètre intérieur de 2m10 ; elle est en acier spécial (nickel-chrome molybdène) de 15 cm d'épaisseur ; elle pèse 19 tonnes

Construit pour plonger à 10 000 m, il dispose d'un coefficient de sécurité de trois (30 000 m)

Sa flottabilité est assurée par un flotteur renfermant 171 000 litres d'essence (pour un poids de 113 tonnes)

Ses silos de grenaille de fonte ont une capacité de 18 tonnes

3 hublots en Plexiglass



L'Archimède (photothèque Ifremer)

Il dispose d'un navire d'accompagnement dédié, un ancien ravitailleur allemand d'hydravions, le Marcel Le Bihan.

A l'avant, sur son pont, un pont roulant permet la mise en oeuvre d'un carottier et d'une benne. Mais ces outils encore primitifs ne permettront d'effectuer que peu de prélèvements.

Quelques dates :

5 nov. 1955 : le projet de construction est lancé ; la réalisation est confiée à l'arsenal de Toulon sous la direction du commandant Houot et de l'ingénieur Wilm

28 juillet 1961 : mise à l'eau

24 octobre 1961 : première plongée à 600 m (avec des hommes à bord)

25 juillet 1962 : dans la fosse des Kouriles au large du Japon, il atteint 9545 m ; il ne bat pas le record du Trieste par manque de plus grandes profondeurs (les connaissances bathymétriques étaient insuffisantes au moment du choix de cette destination) ; au cours de sa campagne au Japon, entre mai et août 1962, il descend à 3 reprises en dessous des 9000 m ; l'équipage est selon les plongées composé du commandant Georges Houot ou du lieutenant O'Byrne, de Pierre Willm ou de Henri-Germain Delauze, et lors de sa plongée record, il y a même un passager, le professeur japonais Sasaki.

mai - juillet 1964 : campagne de Porto Rico (fosse se trouvant près de l'île de même nom) où il descend à 8300 m

mai - juillet 1967 : nouvelle campagne au Japon (toujours dans la fosse des Kouriles) avec 9 plongées entre 4510 et 9260 m

en 1968, 1969 et 1970, l'Archimède est requis pour rechercher et étudier l'épave d'une Caravelle explosée en plein vol au large de Nice, et celles des sous-marins français Minerve et Eurydice

août 1973 : Première campagne Famous sur la dorsale médio-atlantique

juillet 1974 : Deuxième campagne Famous en compagnie de l'Alvin et de la Cyana

Ce sera la dernière campagne de l'Archimède

Il est exposé depuis juin 2001 à la Cité de la Mer de Cherbourg.