Les deux campagnes

1973

1974


L'Archimède

La première plongée a lieu le 2 août 1973. Pendant cinq heures, Archimède avec Xavier Le Pichon à bord, explore à 2680 m les pentes du volcan central et récolte de très nombreux échantillons de roches. Les observations laissent supposer que les phénomènes volcaniques liés à l’écartement des plaques sont récents, sinon actuels et qu’il doit exister des centres actifs visibles. Archimède plongera encore 6 fois à la recherche de ces sites, parcourant 9 km sur le fond. Il récolte 90 kg de roches, prend plus de 2000 photographies, un bilan semblable à celui d’une mission Apollo sur la Lune ! mais deux années plus tôt !!

En septembre, le mauvais temps arrête la mission ; le bilan est positif mais il n’y a pas de réponse aux problèmes posés, bien au contraire l’examen des premiers résultats conduit à se poser de nouvelles questions plus ardues que les précédentes !

Tout l’hiver 1973-1974 se passe à examiner les échantillons récoltés, à analyser les photographies et à préparer la future campagne.

Durant l’été 1974, l’Alvin et son navire support, le catamaran Lulu, l’Archimède et son navire accompagnateur le Marcel Le Bihan, la Cyana sur Le Suroît et le navire océanographique américain Knorr, se rassemblent à Punta Delgada aux Açores.

Français et Américains se partagent les tâches : Archimède doit travailler sur les pentes du rift dont on ne sait encore rien, les Américains avec l’Alvin vont explorer la vallée dans l’axe du rift au nord du Mont de Vénus (au total 17 plongées) ; Cyana, sous la direction de Le Pichon se focalise sur l’intersection du rift et de la faille transformante perpendiculaire. Cyana réalise ainsi au cours de ses premières plongées, la traversée de la zone tourmentée par les séismes sous-marins qui sépare les plaques Afrique et Amérique.

Archimède plonge 12 fois, parcourant plus de 25 km au fond, rapportant 7000 photographies et 720 kg de roches. Alvin a un palmarès comparable avec 17 plongées. Pourtant on a eu très peur ; au cours d’une plongée, il est resté coincé dans une faille. Pendant deux heures et demi, son pilote essaie de le dégager alors que déjà l’Archimède se prépare à intervenir. Après cent cinquante minutes d’angoisse, mais sans affolement, le pilote parvient, par une série de manoeuvres éprouvantes, à se libérer.

Cyana plonge 15 fois.  

Au cours de ces 51 plongées, représentant 228 heures au fond, on a parcouru 91 km, effectué 167 prélèvements et rapporté 2 tonnes d’échantillons, 25 000 photos et 100 heures de film.