Vous êtes dans :
Mots-clés : dorsales

Les dorsales

La plus grande chaîne volcanique au monde

Les dorsales océaniques sont des chaînes de montagnes sous-marines. Elles sont présentes dans tous les bassins océaniques et forment une chaîne de reliefs continue au fond des océans. C'est même la plus longue chaîne existante sur la Terre : environ 60 000 km.

Carte Ifremer / Violaine Martin

La base des dorsales (largeur moyenne de 1 500 km) se situe en général vers 5 000 - 6 000 m de profondeur, alors que leur crête culmine entre -2 000 et -3 000 m. Leur sommet est souvent entaillé d’une vallée axiale, le rift, dont la profondeur peut aller jusqu'à 1 800 m.

Ces chaînes linéaires présentent fréquemment des discontinuités (tous les 10 à 100 km), les failles transformantes. L'étude de ces vallées transversales est particulièrement intéressante car on accède ainsi à une coupe de l'écorce terrestre.

Au milieu de tous les océans, ces massifs dominent les plaines abyssales de quelque 2000 mètres et constituent donc des barrières à peu près ininterrompues pour la circulation océanique profonde.

Malgré leur masse, la présence des dorsales n'a été pressentie qu'à la fin du XIXème siècle. Et il faudra attendre 1961 pour en avoir la première carte complète. C'est l'oeuvre de Marie Tharp et Bruce Heezen du Lamont Geological Observatory (Etats-Unis). C'est également Marie Tharp qui, la première, signale en 1952 l'existence d'une vallée, le rift, dans l'axe des dorsales.

Là où l'Amérique et l'Europe s'éloignent ...

Lors des premiers relevés de champ magnétique des fonds océaniques, on observa des bandes de magnétisme avec des orientations et des intensités différentes. Or ces alternances se présentaient rigoureusement symétriques et parallèles de part et d'autre des dorsales. Les chercheurs américains Vine, Matthews et Morlay en donnèrent au début des années 1960 l'explication. Sachant que les roches océaniques, lors de leur création, enregistrent les "anomalies magnétiques" dues aux inversions à de nombreuses reprises au cours des temps géologiques, du champ magnétique terrestre, ils en conclurent que la croûte océanique se forme à partir de l'axe de ces dorsales, puis s'en éloigne de part et d'autre.

Phénomène qui donne naissance à la dérive des continents.

Les dorsales sont donc situées entre deux plaques terrestres divergentes. Elles constituent la plus importante manifestation volcanique de notre terre. Et les déplacements engendrés sont à l'origine de nombreux séismes. A un point tel qu'on a pu prévoir l'emplacement de dorsales encore inconnues par l'étude de la sismicité des océans. Carte des épicentres des séismes et carte des dorsales coïncident en effet.

Iconographie Océanopolis Brest

Pourquoi les étudier ?

L'étude de ces massifs nous renseigne sur la structure de la croûte océanique, sur les processus volcaniques, sur les mouvements de convection qui alimentent le manteau de la Terre, sur la tectonique des plaques, sur l'âge et la formation des océans, etc ...

Et leur connaissance approfondie trouve de multiples applications :
- tracé des câbles sous-marins (par une cartographie précise)
- étude des risques sismiques
- compréhension de la circulation océanique (prévision climatique à long terme)
- gisement de nouvelles ressources minérales
- découvertes liées aux sources hydrothermales (biotechnologie par exemple)
- fonds intéressants pour la pêche

La mission franco-américaine Famous a permis pour la première fois à l'homme de plonger sur une dorsale (dans l'axe de la dorsale atlantique au large des Açores).

En savoir +

Accès au site du programme français sur le rassemblement des données "dorsales" en géosciences.