Bienvenue sur le blog de la mission HERMINE

15 mars - 28 avril

N/O Pourquoi Pas ?

Le besoin croissant de l’humanité en matières premières et métaux critiques (métaux de base, précieux et rares) lié à l’essor des nouvelles technologies et le souhait d’une transition énergétique rapide conduit les pays à diversifier leur sources d’approvisionnement. Étudiés par les scientifiques depuis près de 40 ans, les dépôts de sulfures massifs océaniques commencent à être regardés comme une ressource potentielle et suscitent l’intérêt de certains industriels.

Lire le communiqué de presse de l'Institut

Il reste toutefois de nombreux verrous scientifiques et technologiques à débloquer avant d’envisager une éventuelle exploitation durable de ces dépôts. Il est donc important de poursuivre l’exploration pour mieux appréhender la diversité des systèmes hydrothermaux et des processus géologiques, chimiques et biologiques associées. La variabilité des systèmes dépend de l’environnement géodynamique (dorsale océanique lente ou rapide, bassin arrière-arc, arc, avant-arc…) et de la nature du substratum (basaltes, andésites, dacites, roches ultrabasiques, sédiments…). Une fois découverts, les dépôts sulfurés actifs et inactifs doivent faire l’objet de travaux détaillés via une approche pluridisciplinaire. Ces études permettront de répondre aux questions scientifiques fondamentales et d’évaluer la quantité potentielle de ressources afin de définir des stratégies de préservation.

La France a obtenu en 2014, auprès de l’Autorité Internationale des Fonds Marins, un permis d’exploration pour les sulfures polymétalliques sur la dorsale Atlantique (dorsale lente). L’Ifremer est en charge de l’exploration du secteur, de l’identification de systèmes hydrothermaux et de la caractérisation géologique, chimique et biologique de ces environnements.

La campagne Hermine est la première campagne de service public focalisée sur ce permis et comporte cinq objectifs principaux :

  • Finaliser la cartographie du Permis d’exploration avec le sondeur multifaisceau du N/O Pourquoi Pas ?
  • Réaliser l’exploration régionale pour localiser de nouveaux champs hydrothermaux à l’aide des outils d’exploration traditionnels comme la bathysonde-rosette, le dragage, l'imagerie acoustique ;
  • Échantillonner les dépôts sulfurés inactifs de la zone TAG avec le sous-marin Nautile afin de comprendre les processus qui contrôlent leur nature et leur localisation, et d’estimer leurs volumes et leurs concentrations élémentaires ;
  • Étudier les caractéristiques physico-chimique du panache hydrothermal de TAG depuis la source jusqu’aux zones distales (0-50 km) afin de quantifier les flux et la dispersion naturelle des métaux dans l’océan ;
  • Réaliser des études préliminaires sur la biodiversité des sites inactifs en vue de mieux appréhender l’impact de potentielles activités minières sur les écosystèmes.

La campagne HERMINE a été labellisée GEOTRACE Process study.