Présentation

Le projet DYVA - Deep-sea hYdrothermal Vent nematodes as potential source of new Antibiotics – est un nouveau projet de recherche multidisciplinaire qui étudie les interactions entre les nématodes et les microbes dans les sources hydrothermales profondes, dans le but de répondre à la forte demande sociétale de production d’anticorps.

Pilotée par Daniela Zeppilli, post-doctorat d’excellence du LabexMer, DYVA est soutenue par la Fondation d’entreprise Total et Ifremer. Sensibilisée par cette thématique émergente il y a déjà plus de vingt ans, la Fondation Total accompagne de nombreux programmes de recherche dédiés à la biodiversité marine. Menés à travers le monde par des partenaires impliqués, ces programmes pluriannuels visent à comprendre intimement la vie des espèces et des écosystèmes marins et côtiers, pour mieux contribuer à leur protection.

Le projet a commencé en décembre 2013 pour une période de 18 mois. Il implique 12 chercheurs, ingénieurs et techniciens de 6 laboratoires européens incluant la France et la Belgique.

Les archées, considérées un temps comme exclusivement extrêmophiles, sont aujourd’hui connues comme étant mésophiles. La découverte d’archées anaérobies dans la flore microbienne de l'Homme témoigne de leur capacité à coloniser l'hôte humain. Malgré les études naissantes sur les génomes d'archées, les informations sur ce groupe d’organismes restent peu connues. Certaines archées présentent des caractéristiques similaires à celles d’agents pathogènes connus, ce qui pourrait indiquer leur implication dans certaines maladies humaines. Les antibiotiques peptidiques ou protéiques ont été découverts dans tous les domaines de la vie, et leur production est quasi universelle. À ce jour, seules huit archaeocines ont été caractérisées mais il pourrait y en avoir des centaines d’autres. Les nématodes ont été utilisés récemment comme hôte modèle pour l'étude moléculaire des défenses immunitaires. Les archées et les nématodes sont très abondants dans les écosystèmes hydrothermaux et cohabitent dans cet environnement extrême. Leurs interactions pourraient générer un réseau de communication de molécules de signalisation ou de molécules impliquées dans les défenses immunitaires.

 

Les objectifs du projet DYVA sont de:

i) Identifier la relation entre bactéries/archées et nématodes,

ii) Fournir des indications nouvelles sur le sécrétome des nématodes vivants dans des environnements extrêmes,

iii) Rechercher des peptides ou protéines ayant une activité cytotoxique microbienne avec un focus sur les archées.

 

Le projet DYVA permettra une meilleure compréhension des interactions entre nématodes et microorganismes (bactéries et archées) des écosystèmes hydrothermaux. Ces connaissances fondamentales serviront de support pour l’étude des interactions entre microorganismes (bénéfiques et pathogènes) et d’autres métazoaires supérieurs (y compris les êtres humains et les espèces marines économiquement importantes). Ce projet novateur permettra éventuellement d’élaborer de nouvelles méthodes de production d’anticorps et en particulier, d’antigènes spécifiques d'archées, répondant ainsi à une forte demande sociétale.

 

Les produits naturels isolés pendant le projet DYVA pourront possiblement être exploités via des applications biomédicales et/ou pharmaceutiques.