Biodiversité du phytoplancton, des espèces toxiques et eutrophisation

Ce projet porte sur le phytoplancton sous 2 angles complémentaires

  • la connaissance de sa diversité biologique et fonctionnelle dans les écosystèmes côtiers et les contrôles de cette diversité,
  • la compréhension des efflorescences toxiques phytoplanctoniques.

Il participe aux objectifs du contrat quadriennal de connaître la biodiversité marine, contribuer à la production d’aliments sains via les activités de pêche et d’aquaculture, et de développer une stratégie de surveillance globale. Il fait suite au projet ALTOX qui était centré sur les efflorescences de phytoplancton toxique.

En ce qui concerne le phytoplancton toxique, DIALTOXE s’organise autour de chaque espèce productrice de toxine, chacune possèdant sa dynamique propre et a pour objectifs l’identification des espèces toxiques, la quantification et la hiérarchisation des processus de contrôle de leur dynamique et la mise en œuvre de méthodes et systèmes de prévision opérationnels.

On peut retenir les 4 genres majeurs :

  • Alexandrium responsable de toxines paralysantes (PSP pour paralytic shellfish poisonning)
  • Dinophysis responsable de toxines diarrhéiques (DSP pour diarrheic shellfish poisonning)
  • Pseudonitzschia responsable de toxines amnésiantes (ASP pour amnesic shellfish poisonning)
  • Ostreopsis ce nouveau genre est apparu sur les côtes françaises. Ostréopsis est responsable de toxines provoquant de la fièvre, des difficultés respiratoires et des irritations ORL (palytoxine)

Ces espèces sont surveillées sur l’ensemble du littoral français par le Rephy (http://wwz.ifremer.fr/envlit/).

L'axe de recherche Biodiversité du phytoplancton démarre effectivement en 2012. Il a été acté comme projet phare par le comité scientifique.