Campagne benthique Flamanville

En réponse à une sollicitation d'EDF, l'IFREMER (DYNECO/EB) s'est engagé en 2007 à décrire l'environnement bio-morphosédimentaire de deux zones potentielles de clapage de sédiments issus du dragage du canal d'amenée de la centrale thermo-nucléaire de Flamanville et plus généralement à actualiser et compléter la cartographie des fonds marins entreprise il y a près de 25 ans dans ce secteur.

Dans le cadre du Marché DER7-001, établi pour une durée de 24 mois à partir du 1er juin 2007, EDF a confié à l’IFREMER, la réalisation de prestations benthiques au large de Flamanville :

  • un état initial des possibles zones de clapage permettant le choix définitif de la zone,
  • la mise à jour des données benthiques au droit du cap de Flamanville, en comparaison de celles acquises 25 ans auparavant.

Afin de répondre à ces objectifs, deux missions à la mer ont été réalisées en juin 2007 (acoustique sous-marine, prélèvements biologiques et sédimentaires) et octobre de la même année (observations vidéos).

Suite à la note préliminaire BPO, produite en 2008, ayant permis de restituer les résultats morpho-sédimentaires et biologiques acquis sur les deux zones de clapage pressenties, le rapport correspondant à la note définitive BPE prévue au contrat a été finalisé en 2009. Ce rapport présente une actualisation de la cartographie bio-morpho-sédimentaire des fonds marins de la zone encadrant le cap de Flamanville.

L’intérêt de cette étude, par rapport aux travaux entrepris il y une trentaine d’années, réside dans le fait d’avoir mené conjointement les approches morpho-sédimentaires et biologiques et d’avoir caractérisé quantitativement la macrofaune des substrats meubles, ce qui n’avait pu être réalisé antérieurement. Il ne semble pas cependant qu’il y ait eu de grandes évolutions dans la composition sédimentaire et biologique des fonds de ce secteur, dominé par les peuplements de cailloutis et de roches affleurantes et sub-affleurantes.

A noter cependant l’arrivée du mollusque gastéropode proliférant, Crepidula fornicata, qui dans d’autres secteurs du golfe normand-breton pose de sérieux problèmes d’environnement.