Vidéomicroscope

Principe

Mise en Oeuvre 

Gestion 

Applications 

Animations 

  

 Principe 

Le vidéomicroscope sous-marin permet une visualisation directe des particules dans l’eau de mer.

 

© O. Dugornay

Il est constitué :

  • d’une boîte de confinement motorisée. Elle permet de piéger et de fixer les particules présentes dans l’eau afin de les visualiser
  • d’un système d’éclairage adapté : Une source lumineuse puissante est répartie sur un faisceau de fibres optiques afin de générer une tranche de lumière de 80 * 10 millimètres
  • d’une caméra à fort grossissement (taille du pixel :40 µm) placée au dessus de la tranche d’eau éclairée

 

 

Mise en oeuvre

Lors des campagnes à la mer, le vidéomicroscope est associé dans une même structure à d’autres capteurs (sonde CTD Sea-Bird, granulomètre laser). Cet ensemble permet donc l’acquisition simultanée de plusieurs paramètres ainsi que la visualisation directe des particules dans le milieu. L’association des deux méthodes de mesure de particules que sont la diffraction et la photographie permet de qualifier et de quantifier toute la gamme des particules présentes dans l’eau de mer : petites particules, agrégats organiques, phytoplancton, zooplanton...

 

Utilisé en profileur, cet équipement est particulièrement adapté pour effectuer une description rapide de la colonne d’eau pour les paramètres hydrobiologiques ainsi que pour la détection des zones d’accumulation de particules (phytoplancton, zooplancton, agrégats)

Un système de prélèvement de 12 bouteilles de 10 litres peut être couplé aux capteurs afin de prélever des échantillons d’eau lors des profils effectués.

 

 

Gestion

A partir de la surface des programmes informatiques de gestion de l’ensemble offrent au scientifique un environnement d’exploitation convivial : visualisation graphique des données, menus déroulants, multifenêtrage.

Les images vidéo sont visualisées et enregistrées sur bande vidéo. Un système informatisé de traitement d’images permet l’analyse des particules en temps réel (comptage, classification en volume et en taille).

 

Les données issues des capteurs sont décodées, archivées et représentées en temps réel sous forme de graphiques.
Divers traitements sont effectués sur les données au cours du profil.
L’opérateur dispose ainsi instantanément d’un maximum d’informations et peut déclencher des prélèvements d’eau aux niveaux qui lui semblent intéressants.

 

 

Applications

Dinoflagellé/Mitec/Aranda.

Dans le cadre du programme européen Mitec (Mesures de la micro-structure turbulente dans les couches supérieures), l'Ifremer a participé avec le navire Aranda de l'Institut Finlandais d'Études Marines (SIMR - Helsinki) à une campagne (18 - 31 juillet 1999) pour étudier la distribution des espèces de phytoplancton en relation avec la dissipation d'énergie turbulente ; celle-ci était mesurée par un prototype du laboratoire européen commun (JRC-Ispra, Italie). Le profileur granulométrique et vidéo de l'Ifremer a montré que de grandes quantités de dinoflagellés vivants étaient situées dans des couches sans lumière, à faible agitation et très riches en détritus organiques. Le Dinophysis acuminata est la même espèce que celle qui contamine les côtes françaises. Ces résultats confirment ceux obtenus en Sud-Bretagne et montrent la capacité d'adaptation de cette espèce aux conditions d'environnement. Les données obtenues permettront d'étudier le rôle que joue la turbulence dans l'établissement de niches écologiques pour ces espèces.

 

 

 

Animations

 

Animations mpeg de la boîte de confinement du vidéomicroscope (vidéos et photos © O. Dugornay)

 

Observation de copépodes à l'intérieur de la boîte fermée

 

Prélèvement des échantillons d'eau

 

Contact : 

IFREMER
BP 70 - 29280 Plouzané
Département : DYNECO
Laboratoire : Pélagos

Michel Lunven Mail : michel.lunven@ifremer.fr